Vasile Conta, philosophe, poète et homme politique.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :4 septembre 2023
  • Temps de lecture :2 min de lecture

Vasile Conta ; arménien : Vasile Grigoreii Konta (Gonta) ; 15 novembre 1845 – 21 avril 1882) était un philosophe, poète et homme politique roumain.

Fils d’un prêtre, il est né à Ghindăoani , un village de la commune  de Bălțătești , département de Neamț . Il fréquente l’école primaire de Târgu Neamț (où il fut camarade de classe d’ Ion Creangă ), et est diplômé de l’ Academia Mihăileană de Iași en 1868. Bénéficiaire d’une bourse, il part étudier en 1871 en Belgique, d’abord à Anvers, puis à à l’ Université libre de Bruxelles, dont il obtient une licence en droit en 1872. De retour en Roumanie, il est nommé professeur à la faculté de droit de l’ Université de Iași.

(suite…)

Continuer la lectureVasile Conta, philosophe, poète et homme politique.

Anton Bacalbaşa, journaliste, prosateur et traducteur.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :4 septembre 2023
  • Temps de lecture :2 min de lecture

Anton Bacalbașa (né le 21 février 1865 à Brăila – décédé le 1er octobre 1899 ) était un journaliste , prosateur et traducteur roumain, créateur du personnage littéraire Moș Teacă. Avec Ion Luca Caragiale, il crée et édite la première série ( 1893 ) de la revue humoristique « Moftul român ».

Il faisait partie du mouvement ouvrier et collaborait à « Contemporanul » et aux publications socialistes Emanciparea , Drepotulire humu.


Anton Bacalbașa, fils de Serdar Costache Bacalbașa et de son épouse Aneta Bobescu, ancienne chef de la police municipale, est né à Brăila. Il était le frère de Constantin Bacalbaşa. Considéré comme « l’un des plus grands poètes de la prose journalistique », il était aussi poète lyrique. Avant de devenir l’humoriste plein de verve et d’esprit et le redoutable polémiste estimé même par ses adversaires, le créateur de Moș Teacă et proche collaborateur de Caragiale à Moftul român, fit ses débuts, en 1880, chez L’écrivain de B. Florescu, Al. Macédonienet Th. Stoenescu, avec des poèmes lyriques qui montraient les ressources impressionnantes de son talent (voir, entre autres, La Rosmersholm).
Anton Bacalbaşa était également le fondateur de la revue Adevărul literar .

Il soutenait la validité de l’art avec tendance et soutenait l’incohérence du concept de « l’art pour l’art ».

Il fut un vulgarisateur des idées marxistes et l’un des premiers intellectuels marxistes de Roumanie. Il publie également dans des journaux socialistes (jusqu’en 1895) : « Emanciparea », « Literatorul », « Mesagerul Brăilei », « Dzorobirea », « Social-Démocratie », « Munca », « Nouveau Monde », « Droits de l’homme ».

(suite…)

Continuer la lectureAnton Bacalbaşa, journaliste, prosateur et traducteur.

Ioan Bianu, philologue et bibliographe.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :4 septembre 2023
  • Temps de lecture :21 min de lecture

Ioan Bianu (1856 ou 1857 – 13 février 1935) était un philologue et bibliographe roumain d’origine impériale autrichienne. Fils d’une famille paysanne de Transylvanie il a terminé ses études secondaires à Blaj, où il est devenu le disciple de Timotei Cipariu et de Ioan Micu Moldave. Dans sa jeunesse, il épousa le nationalisme roumain et entra en conflit avec les autorités austro-hongroises avant d’émigrer finalement vers l’ Ancien Empire roumain en 1876. Là, il fréquenta l’ Université de Bucarest, rejoignant plus tard la faculté, où il enseigna l’histoire littéraire roumaine. Il a été affilié à la Bibliothèque de l’Académie roumaine pendant plus d’un demi-siècle, transformant l’institution du maigre état dans lequel il la trouvait et supervisant une multiplication par cinq de sa collection. Il a aidé à rédiger deux ouvrages importants en plusieurs volumes détaillant les premiers livres et manuscrits de son pays, et a été l’un des fondateurs des bibliothèques et des sciences de l’information dans son pays d’adoption. Vers la fin de sa vie, aux prises avec la surdité, Bianu se retira de la bibliothèque au profit de son ami Radu R. Rosetti , mais devint ensuite président de l’ Académie roumaine.

L’érudition de Bianu fut doublée par son travail d’organisateur sur le terrain et, surtout après 1880, par sa participation à des intrigues politiques. Il était un disciple de Dimitrie Sturdza, rejoignant le Parti national libéral de ce dernier et sollicitant le soutien du monde universitaire. Bianu a continué à faire de l’agitation parmi les Roumains de Transylvanie, mais, en 1896, lui et Sturdza étaient devenus modérés sur la question nationale et étaient favorables à un rapprochement avec l’Autriche-Hongrie. En tant que tel, Bianu était un « germanophile » pendant la Première Guerre mondiale, ce qui signifie qu’il critiquait l’alliance de la Roumanie avec les puissances de l’Entente. Il est resté sur le territoire occupé par les Allemands après la chute de Bucarest, mais fut épargné par les persécutions à la fin de la guerre.


Il est né à Făget (Oláhbükkös), un village à l’est de la ville transylvanienne de Blaj (à la frontière sud du comté de Kis-Küküllő à partir de 1876, et aujourd’hui dans le comté d’Alba). Ses parents, Grigore et Anica ( née Popa), mariés en 1855 ; c’était le deuxième mariage de Grigore. Le couple a eu deux fils et trois filles, qui ont tous survécu jusqu’à l’âge adulte. La famille Bianu était un vieux paysan assez aisé, le village un petit roumain à flanc de colline. Vivre à proximité du centre spirituel de l’ Église gréco-catholique roumainedans ce qui était alors l’Empire autrichien, ils appartenaient à cette foi. Bianu a fréquenté l’école primaire de son village natal. Son père a compris l’importance de l’école, même si cela impliquait des sacrifices matériels, et le garçon a étudié pendant près d’une décennie au gymnase et au lycée roumain de Blaj. À son arrivée en 1868, l’atmosphère locale était incertaine et marquée par l’activisme de la faculté contre le récent compromis austro-hongrois , qui consacrait la Transylvanie à la couronne hongroise , contre les demandes roumaines.

(suite…)

Continuer la lectureIoan Bianu, philologue et bibliographe.