Theodor Aman, peintre et graveur.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 septembre 2023
  • Temps de lecture :2 min de lecture

Theodor Aman, né à Câmpulung le 20 mars 1831 et mort à Bucarest le 19 août 1891, est un peintre et graveur roumain d’origine arménienne, partie prenante de la renaissance culturelle roumaine.


Theodor Aman est l’élève de Constantin Lecca et de Carol Wallenstein à Craiova et Bucarest, puis de Michel Martin Drolling et de François Édouard Picot, à Paris, en 1850 et 1851. Après avoir exposé au Salon de 1853, il se rend à Constantinople, puis en Crimée, et commence à produire de grandes compositions historiques dont les thèmes sont en résonance avec les aspirations nationalistes roumaines. En 1855, sa Bataille de l’Alma figure à l’Exposition universelle de Paris.

De retour en Valachie, il est anobli par le prince Barbu Démètre Știrbei, qui lui accorde une bourse pour lui permettre de poursuivre ses études en  France. C’est ainsi qu’il fréquente en 1856 les artistes de l’école de Barbizon,

(suite…)

Continuer la lectureTheodor Aman, peintre et graveur.

Anton Pann, poète et compositeur.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 septembre 2023
  • Temps de lecture :6 min de lecture

Anton Pann est un poète et compositeur roumain d’origine bulgare, né aux alentours de 1794 à Sliven, Bulgarie ottomane, et mort le 2 novembre 1854 à Bucarest (Principauté de Valachie). Il a composé la musique de l’hymne national roumain, Deșteaptă-te, române! (« Éveille-toi, Roumain ! »), expression de la renaissance culturelle roumaine.


Né aux alentours de 1794 (ou 1796 ou 1797, selon l’auteur lui-même) naquit dans la petite ville bulgare de Sliven, située à mi-chemin entre Giurgiu (en Valachie) et Sofia (aujourd’hui capitale de la Bulgarie), Anton Panteleïmon Petrov, fils de Pantaleon Petrov, chaudronnier, et de Tomaida Petrova, qui devint très vite veuve1. Les guerres russo-turques dévastent les Balkans, de sorte que Tomaida déménage en principauté de Moldavie, à Chişinău. En 1809 les deux frères aînés d’Anton rejoignent l’armée russe qui vient d’entrer en guerre contre l’Empire ottoman, et meurent lors du siège de Brăila. Anton, lui, rejoignit la chorale de l’église centrale de Chişinău. À l’issue de cette guerre, en 1812, la partie orientale de la principauté de Moldavie est annexée par l’Empire russe, qui en fait l’une de ses provinces, nommée Bessarabie. Quelques années plus tard, la famille Petrov s’établit finalement à Bucarest en principauté de Valachie.

De 1816 à 1819, Anton suivit les cours de l’école de musique de Petre Efesiul, également propriétaire d’une imprimerie qu’il finira par léguer à son élève. C’est d’ailleurs la seule scolarité que ce dernier revendiqua par la suite,  lorsqu’il confessa la volonté de parfaire ses connaissances en musique ecclésiastique. Il apprit néanmoins l’art de l’imprimerie, comme s’en souvint Ion Ghica, un noble roumain qui l’a connu comme élève du collège Saint Sabbas. Anton se marie en 1820 avec Zamfira : ce mariage dure sept ans mais un fils, Lazar Petrov, naît de cette union tumultueuse, disputé entre ses parents et tour à tour déshérité et rétabli dans ses droits. Lazar finit par reprendre l’imprimerie de son père.

(suite…)

Continuer la lectureAnton Pann, poète et compositeur.

Constantin Cantacuzino, homme d’état.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 septembre 2023
  • Temps de lecture :3 min de lecture

Constantin Cantucuzino (né en 1793- mort à Bucarest le 7 décembre 1877) Caïmacan de Valachie de 1848 à 1849.


Constantin Cantucuzino appartient à la famille Cantacuzino qui avait été écartée des affaires depuis plus d’un siècle. Il est le fils de Iordache (i.e Gheorghe) Cantucuzino (mort en 1803) et de Maria Parscoveanu. Son père est le descendant à la 4e génération de Draghici Cantacuzino (1630-1667) Mare Paharnic (Grand échanson) en 1660 et Mare Spãtar (Chef des Armées) en 1665 qui était le fils aîné de Constantin Cantacuzino et un des frères du prince Serban Ier Cantacuzino.

Constantin Cantacuzino ainsi que son frère cadet Grégoire (1800-1849) font leurs études à Vienne après la mort de leur père. Après le décès de leur mère le 11 décembre 1824 ils se partagent leur héritage. L’arrivée du général Paul Kisseleff et des armées russes à Bucarest en 1829 est suivie d’un violent tremblement de terre. Le commandant des troupes d’occupation décide la création d’un « comité de salubrité public » dont il charge Constantin avec deux autres boyards. Constantin Cantacuzino qui a parfaitement réussi sa mission est ensuite Agha (Préfet) de Bucarest.

Avec son frère cadet Grégoire élu de l’Assemblée nationale ils sont du parti de boyard qui provoque la chute d’Alexandre II Ghica. Constantin Cantacuzino est toutefois écarté des affaires lors de l’arrivée au pouvoir du prince Georges III Bibesco.

(suite…)

Continuer la lectureConstantin Cantacuzino, homme d’état.