Fontes Pereira de Melo, homme politique.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :25 août 2023
  • Temps de lecture :10 min de lecture

António Maria de Fontes Pereira de Melo ( Santa Isabel, Lisbonne, 8 septembre 1819 – Mercês, Lisbonne 22 janvier 1887 ) fut l’un des principaux hommes politiques portugais de la seconde moitié du XIXe siècle . Il était le fils de João de Fontes Pereira de Melo, qui fut deux fois gouverneur du Cap-Vert. António Maria de Fontes Pereira de Melo n’a jamais été gouverneur du Cap-Vert mais a été élu député des îles, ce qui a été le premier pas vers une brillante carrière politique.

Après une période d’agitation politique qui marqua la première moitié du XIXe siècle, en 1851 commença une nouvelle étape de la monarchie constitutionnelle portugaise. Cette période s’appelait Régénération, car les gouvernements tentaient de rattraper le retard dans lequel vivait le Portugal par rapport aux autres pays européens, à travers la modernisation de l’administration et le développement économique du pays. Dans le premier gouvernement de la Régénération, un nouveau ministère fut créé, celui des Travaux Publics, dont Fontes Pereira de Melo était responsable.

Fontes Pereira de Melo a augmenté le nombre de routes, a construit le premier tronçon de la voie ferrée qui reliait Lisbonne à Carregado (aujourd’hui, une partie de la Ligne du Nord), a commencé la construction de deux autres voies ferrées ( Vendas Novas et Sintra ) et a mis en place la première ligne télégraphique. Parallèlement à ces travaux, il lance la révolution des transports et des communications, en inaugurant des lignes régulières de bateaux à vapeur, des services postaux et des réseaux téléphoniques. Sa promotion des travaux publics est devenue connue sous le nom de Fontismo.


António Maria de Fontes Pereira de Melo est né à Lisbonne le 8 septembre 1819 fils de João Fontes Pereira de Melo ( Caia e São Pedro, Elvas, 26 janvier 1780 – Santa Isabel, Lisbonne, 28 octobre 1856), honoraire Ministre d’État et D. Jacinta Venância Rosa da Cunha Matos ( Santa Engrácia, Lisbonne , 20 avril 1781 – ?), étant la quatrième par ordre de naissance, de six frères et sœurs.

En 1832 , à l’âge de 13 ans, il part étudier à l’Académie des Gardes de Marine. A cette époque, la guerre civile faisait rage entre les constitutionnalistes, dirigés par D. Pedro IV ; et miguelistes , dirigés par D. Miguel . D. Miguel concentra tous ses moyens d’attaque contre la capitale et Lisbonne n’était pas suffisamment préparée. L’amiral Charles Napier apporta toutes les ressources de sa marine à la résistance de la ville et Fontes Pereira de Melo, malgré son jeune âge, participa au combat du 10 octobre , dans lequel les troupes miguelistes commandées par le maréchal de Bourmontont été repoussés. Fontes Pereira de Melo est retourné à l’Académie, accomplissant son devoir envers le pays, où il a été récompensé par des prix et des approbations avec distinction, recevant même un prix dans son cours pour récompenser le mérite très pertinent que seulement deux autres étudiants avaient reçu en trente ans.

(suite…)

Continuer la lectureFontes Pereira de Melo, homme politique.

Vitorino Magalhães Godinho, professeur d’université et historien.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :25 août 2023
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Vitorino Barbosa de Magalhães Godinho ( Lisbonne , 9 juin 1918 – Lisbonne, 26 avril 2011 ) était un professeur d’université, historien et spécialiste des sciences sociales portugais, considéré comme l’un des universitaires portugais les plus remarquables, étant l’un des noms du courant historiographique qui a commencé à se développer autour de la « Revue des Annales » – Annales d’histoire économique et sociale (en portugais, Annales d’histoire économique et sociale), promue par les historiens français Marc Bloch et Lucien Febvre, alors de l’ Université de Strasbourg.

Il a été professeur émérite à l’Universidade Nova de Lisboa, au Département de sociologie de la FCSH, après avoir obtenu un doctorat de la Sorbonne, Faculté des Lettres de l’Université de Paris.


Fils de Vitorino Henriques Godinho — officier de l’armée et homme  politique républicain — et de D. Maria José Vilhena Barbosa de Magalhães. Il termine ses études secondaires à Lisbonne , fréquente les lycées Gil Vicente et Pedro Nunes, et obtient son diplôme en sciences historiques et philosophiques à la Faculté de Lettres de l’Université de Lisbonne ( 1940 ). Professeur à la Faculté des Lettres de Lisbonne ( 1941 – 1944 ), chercheur au Centre National de Recherches Scientifiques (1947 – 1960), Docteur en Lettres à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris ( 1959 ), professeur titulaire à l’Institut Supérieur d’études à l’étranger ( 1960 – 1962).

Lorsque la crise académique de 1962 a ébranlé l’Estado Novo, Magalhães Godinho a sympathisé avec les étudiants, à la suite de quoi il a fait l’objet d’une procédure disciplinaire qui a abouti à son renvoi obligatoire. Il a été licencié pour avoir soutenu le mouvement étudiant et avoir dénoncé le mentor de ladite école, Adriano Moreira, qui était alors ministre des Outre-mer, pour son incompétence. Magalhães Godinho fait appel à la justice. Le recours devant la Cour administrative suprême est gagné, il obtient ce droit, est réintégré, mais une nouvelle procédure est engagée et il est de nouveau expulsé – les deux décisions sont publiées dans le même Journal officiel. Magalhães Godinho reprochera toujours à Adriano Moreira son  expulsion. Après avoir été expulsé, il vécut au chômage et avec des difficultés financières pendant la majeure partie des années 1960. Ce n’est que dans les années 1970 qu’il fut invité à revenir en France pour prendre place à l’Université de Clermont-Ferrand.

(suite…)

Continuer la lectureVitorino Magalhães Godinho, professeur d’université et historien.

António de Sommer Champalimaud, banquier et industriel.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :25 août 2023
  • Temps de lecture :3 min de lecture

António de Sommer Champalimaud (19 mars 1918 à Lapa – 8 mai 2004 à Lapa) était un banquier et industriel portugais qui, en 2004, était l’homme le plus riche du Portugal avec 2,5 milliards d’euros selon le magazine Forbes.


Le père d’António de Sommer Champalimaud était médecin militaire et entrepreneur, grand propriétaire dans la région de Douro et producteur de vin de Porto au “chateau de Quinta do Cotto. Il suit son éducation à l’école des jésuites. À 19 ans, il reprend la société de construction familiale. À 24 ans, il devient le gestionnaire de la cimenterie Cimientos de Leiria (la société de son oncle, l’industriel Henrique de Araújo de Sommer), dont il prend la présidence deux ans plus tard. Puis à 27 ans, il rachète au Mozambique la cimenterie Cimientos de la Matola, puis la cimenterie de Lobito en Angola. Quelques années plus tard, il rachète au Portugal la Fábrica de Cemento. Son groupe devient le deuxième employeur du pays.

À 41 ans, il inaugure le plus grand four au monde, après avoir investi la sidérurgie avec la société Siderurgia Nacional. Il souhaite investir dans les assurances pour couvrir ses entreprises, et rachète Confianza, ainsi que la banque Banco Pinto & Sotto Mayor en 1960. La banque multiplie par 10 son chiffre opérationnel en 10 ans, et est la première banque du pays à introduire le paiement par carte bancaire. En 1968, la compagnie d’assurance Mundial compte également parmi les actifs de son groupe.

António de Sommer Champalimaud a fait fortune sous le régime de António de Oliveira Salazar, dans l’assurance, les activités bancaires, les ciments et diverses industries, se diversifiant avec des intérêts au Mozambique. Ses entreprises ont été nationalisées après la Révolution des Œillets de 1974.

(suite…)

Continuer la lectureAntónio de Sommer Champalimaud, banquier et industriel.