La Talève sultane.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Faune
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :16 août 2023
  • Temps de lecture :4 min de lecture

La talève sultane (Porphyrio porphyrio) ou poule sultane, est une espèce d’oiseau de la famille des Rallidés.


La talève sultane mesure de la tête à la queue de 38 à 50 cm et pèse de 500 g à 1,5 kg.

Elle a un plumage foncé bleu et noir, un bec et de grandes pattes rouges.

Cet oiseau se trouve par exemple en Europe du Sud (Espagne…), en Afrique (Égypte…), en Asie et jusqu’en Nouvelle-Calédonie et Nouvelle-Zélande (sous-espèce appelée « pukeko »). Très commun à Madagascar, il a disparu dans l’île voisine de La Réunion, cependant il s’est implanté relativement récemment en France notamment dans l’Aude où une dizaine de couples vivent dans le marais de Saint-Louis-le-Maritime à Narbonne ainsi que dans l’ étang de Vendres, près de Béziers.

Selon Jacques Christophe Valmont de Bomare, « les Anciens estimaient si fort la beauté cet oiseau qu’ils en faisaient un des ornements de leurs palais et de leurs temples ». De cet oiseau qu’il nomme porphyrion, Polémon d’Ilion, rapporte Athénée de Naucratis, dit qu’il « garde scrupuleusement les femmes mariées. Il a même la faculté de sentir la femme adultère au point que lorsqu’il s’en aperçoit, il commence par la faire connaître au mari, et finit sa vie en se pendant ». Armand Gaston Camus, qui relève la même anecdote, a cependant contesté que la talève et le porphyrion soient le même animal, la talève n’ayant pas la caractéristique remarquable du porphyrion, signalée par Aristote, de « boire comme l’ours », c’est-à-dire en mordant. Buffon, qui tient pour l’identité des deux espèces, précise que le porphyrion des Grecs et des Romains venait de Libye, de Comagène et des Baléares.

(suite…)

Continuer la lectureLa Talève sultane.

La Découverte du Brésil (1500).

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Philatélie thématique
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :16 août 2023
  • Temps de lecture :6 min de lecture

La découverte du Brésil désigne l’arrivée, en 1500, de la flotte commandée par Pedro Álvares Cabral sur la côte du territoire sud-américain où se trouve aujourd’hui l’État brésilien, et la prise de possession par le royaume du Portugal.


Confirmant le succès de la découverte de la voie maritime vers les Indes, le roi D. Manuel I prépare rapidement une nouvelle flotte pour les Indes bien plus importante que celle de Vasco de Gama.

Elle était composée de treize navires, mais la liste précise des bateaux de l’expédition reste incertaine.

Selon un document, elle comprenait les caraques Espírito Santo, Santa Cruz, Fror de la Mar, qui fit naufrage en 1511, São Pedro, Vitória et Espera, et le galion Trindade qui sont ceux qui rentrèrent à Lisbonne en revenant des Indes. D’autres documents y ajoutent l’Anunciada, le São Pedro, le El-Rei et le Berrio qui, commandé par Nicolau Coelho, participa à l’expédition de Vasco de Gama.

On estime qu’il y avait plus de mille hommes d’équipage. Pour la première fois, une flotte est commandée par un noble : Pedro Álvares Cabral, fils de Fernão Cabral, maire de Belmonte, sur le navire-amiral El-Rei. Le São Pedro était commandé par Pero de Atayade et l’Annunciada commandé par Nuno Leitão.

Les autres commandants des navires étaient Sancho de Tovar (sous-commandant de l’escadre), Simon de Miranda, Bartolomeu Dias, Pedro Dias, Gaspar de Lemos, Simon de Pina, Vasco de Ataíde, Nicolau Coelho, Ayres Gomes da Silva et Luis Pires. Dans l’équipage, on comptait également l’astronome João Emenelaus et le secrétaire Pero Vaz de Caminha, qui était envoyé au comptoir de Calecut.

L’escadre emportait des vivres pour 18 mois.

(suite…)

Continuer la lectureLa Découverte du Brésil (1500).