José de Azeredo Perdigão, avocat.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :14 août 2023
  • Temps de lecture :7 min de lecture

José Henrique de Azeredo Perdigão  ( Viseu , Casa do Miradouro, 19 septembre 1896 — Lisbonne, 10 septembre 1993) était un avocat portugais, 1er président de la Fondation Calouste Gulbenkian.


José Henrique de Azeredo Perdigão est né à Casa do Miradouro, à Viseu  fils de José Cardoso Perdigão, issu d’une famille de propriétaires agricoles et de commerçants, et de sa femme Raquel de Azeredo, issue d’une famille militaire, dont le père, Roque Rangel de Azeredo, avait été impliqué dans les guerres libérales , en tant que partisan de D. Pedro IV .

Après des études primaires à Viseu , Azeredo Perdigão s’installe à Lisbonne. À 24 ans, il est diplômé en droit de la Faculté de droit de l’ Université de Lisbonne et à 26 ans, il obtient un diplôme de troisième cycle en sciences juridiques de la Faculté de droit de l’ Université de Coimbra.

En 1919, il s’établit comme avocat à Lisbonne, devenant l’un des avocats les plus demandés de son temps au Portugal. Au fil des décennies, il a été avocat, il a participé à certains des plus grands procès (civils, criminels et commerciaux), gagnant la réputation d’être implacable, et il a été payé en or.

Démocrate républicain, Azeredo Perdigão a aidé à fonder, avec Raul Proença , Jaime Cortesão, Aquilino Ribeiro, Raul Brandão, Faria de Vasconcelos et d’autres, la revue Seara Nova, où il a publié diverses études et commentaires sur l’économie. En plus de pratiquer le droit, il a enseigné et occupé des chaires dans plusieurs universités, publié de nombreux ouvrages. Il a également collaboré en tant que chargé de cours à l’Université populaire portugaise dans la spécialité «Économie sociale».

(suite…)

Continuer la lectureJosé de Azeredo Perdigão, avocat.

Augusto Hilário, auteur-compositeur interprète.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :14 août 2023
  • Temps de lecture :7 min de lecture

Augusto Hilário da Costa Alves ( Viseu, 7 janvier 1864 – Viseu , 3 avril 1896 ) était un auteur – compositeur -interprète portugais de Coimbra.


Hilário est né à Viseu en janvier 1864 sur la Rua Nova. La date de sa naissance est encore inconnue, car l’acte de baptême indique qu’il a été “exposé sur la roue de ladite ville à cinq heures du matin le septième jour des dits mois et an”, étant baptisé le 15 du même mois et de l’année par le curé de la cathédrale, avec le nom de Lázaro Augusto. Après avoir reçu la confirmation le 26 mai 1877, il a changé son nom en Augusto Hilário.

Les doutes qui pourraient surgir quant à son affiliation sont dissipés par le certificat de décès qui mentionne Augusto Hilário comme le fils légitime d’António Alves et d’Ana de Jesus Mouta. On pense donc que Hilário était le résultat d’une relation prénuptiale et a donc été exposé dans la Roda et reconnu plus tard.

Il a fréquenté le lycée de Viseu avec l’intention de suivre des études  préparatoires à l’admission à la Faculté de philosophie, mais les années ont passé sans qu’il ait terminé la discipline de la philosophie. Il s’inscrit à Coimbra, mais les résultats n’y sont pas non plus célèbres et il se révèle amoureux de la bohème de Coimbra, devenant célèbre en tant que chanteur et guitariste. Les thèmes de sa paternité ont parcouru le pays d’un bout à l’autre, immortalisant Fado Hilário.

 En 1889-90, il passe un examen au lycée de Coimbra et après avoir passé un test admirable, il est approuvé avec un bon classement. Il s’inscrit alors en 1ère année de Médecine, après s’être enrôlé dans la Royal Navy pour pallier le manque de moyens, bénéficiant d’une subvention de l’Etat.

(suite…)

Continuer la lectureAugusto Hilário, auteur-compositeur interprète.

João de Barros, historien, écrivain et luinguiste.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :14 août 2023
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Jean de Barros (en portugais João de Barros ; né en 1496 à Viseu et mort à Ribeira de Alitém le 20 octobre 1570) est un historien, écrivain et linguiste portugais éduqué à la cour du roi Manuel Ier, dans la période faste des découvertes portugaises. Il est parfois considéré comme « le Tite-Live portugais ».


La peste de 1530 l’amène à se réfugier dans sa Quinta de Ribeira de Alitém, près de Pombal, ville dans laquelle il conclut son dialogue moral, Rhopicapneuma, Rhopica Pnefma ou Mercadoria Espiritual (litt. « marchandise spirituelle »), allégorie qui mérita les éloges du catalan Juan Luis Vives.

Revenu à Lisbonne en 1532, le roi le nomma surveillant des Casas da India et de Mina – une haute position avec de grande responsabilités, dans une ville qui était alors l’entrepôt européen pour tout le commerce de l’Orient. João de Barros se montra un bon administrateur, désintéressé, chose rare à l’époque, comme le prouve le surprenant fait qu’il ait gagné peu d’argent dans cette charge (alors que ses prédécesseurs avaient amassé de grandes fortunes).

En 1534, Jean III, essayant d’attirer des colons pour le Brésil, divise la Colonie en capitaineries héréditaires, suivant en cela le système déjà utilisé dans les îles atlantiques des Açores, Madère et le Cap Vert, avec des résultats prouvés. L’année suivante João de Barros fut remercié par l’octroi de deux capitaineries, en partenariat avec Aires da Cunha, le Ceará et le Pará. Il constitua à ses frais une flotte de dix navires et 900 hommes, qui partit pour le Nouveau Monde en 1539. Mais la flotte n’atteignit pas son objectif, peut-être à cause de l’ignorance de ses pilotes, et dériva jusqu’aux Antilles espagnoles. Prouvant une grande humanité, bien rare à l’époque, Barros paya les dettes de ceux qui avaient péri dans l’expédition. Cela fut cause des grands problèmes financiers que Barros eut par la suite toute sa vie, se voyant même obligé d’hypothéquer une partie de ses biens.

(suite…)

Continuer la lectureJoão de Barros, historien, écrivain et luinguiste.