Jerzy Popiełuszko, prêtre catholique.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :5 août 2023
  • Temps de lecture :29 min de lecture

Jerzy Aleksander Popiełuszko (Alfons Popiełuszko) est un prêtre catholique polonais né le 14 septembre 1947 à Okopy (Pologne) et mort assassiné le 19 octobre 1984 à Włocławek (Pologne).

Aumônier du syndicat Solidarność, il est l’une des figures emblématiques de la lutte contre le régime communiste en Pologne. Il a été béatifié le 6 juin 2010 à Varsovie.


Du 25 octobre 1966 au 15 octobre 1968, Popiełuszko fait son service  militaire dans une unité militaire spéciale destinée aux prêtres : le 54 ème Bataillon des secours territoriaux de la ville de Bartoszyce. Durant cette période, il soutient moralement ses confrères, pour qu’ils résistent aux ordres des supérieurs, qui ne cessent d’enfreindre la liberté de conscience des jeunes clercs. Contrevenant aux ordres, il organise des prières communes pour les séminaristes, transmet aux autorités ecclésiales les informations sur les persécutions et les brimades subies, afin de les décourager d’être prêtres. Il prend la peine d’envoyer des rapports sur le contenu des cours politiques dénigrant l’Église et le primat de Pologne, Stefan Wyszyński, en personne ; refuse de se défaire de son rosaire et proteste contre l’interdiction de prier. Maintes fois puni et réprimandé par ses supérieurs, on l’oblige à faire des exercices physiques lors du temps réservé au repos. On lui refuse les permissions de sortie, le rabaisse et lui ordonne d’exécuter des actions périlleuses dans l’enceinte de la caserne. Selon le témoignage de l’abbé Wiesław Wasiński, il est considéré comme le dirigeant de la résistance envers les supérieurs militaires. Popiełuszko refuse sa promotion au grade de soldat confirmé.

Il est plus que probable, que c’est à la suite de ces persécutions, punitions et travaux forcés, subis lors de son service militaire, qu’au retour au Séminaire (janvier 1970), l’abbé Jerzy Popiełuszko est atteint d’une grave maladie de la thyroïde. Une intervention chirurgicale est nécessaire ; sa vie est mise en danger. Grâce aux lettres envoyées aux abbés Czesław Miętka et Władysław Miziolek, l’Épiscopat polonais possède des informations détaillées sur les persécutions subies par les futurs prêtres lors de leur service militaire.

(suite…)

Continuer la lectureJerzy Popiełuszko, prêtre catholique.

Bruno de Querfurt, évêque missionnaire.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :5 août 2023
  • Temps de lecture :6 min de lecture

Bruno de Querfurt ( vers 974 – 14 février ou 9/14 mars 1009), également connu sous le nom de Brun, était un évêque missionnaire chrétien et martyr , qui a été décapité près de la frontière de Kievan Rus et de la Lituanie pour avoir tenté de répandre le christianisme. Il est aussi appelé le second “Apôtre des Prussiens “.


Bruno était issu d’une famille noble de Querfurt (aujourd’hui en Saxe-Anhalt). On dit qu’il était un parent de l’ empereur romain germanique Otton III . À l’âge de six ans, il est envoyé faire ses études à l’école de la cathédrale de Magdebourg , siège d’ Adalbert de Magdebourg, professeur et homonyme d’ Adalbert de Prague. Alors qu’il était encore jeune, il fut fait chanoine de la cathédrale de Magdebourg. Otto III, âgé de quinze ans, a fait de Bruno une partie de sa cour royale. En 995, Otto III nomma Bruno aumônier de sa cour.

Alors qu’il était à Rome pour le couronnement impérial d’Otto, Bruno rencontra Adalbert de Prague, le premier «apôtre des Prussiens», tué un an plus tard, ce qui inspira Bruno à écrire une biographie d’Adalbert lorsqu’il atteignit lui-même le royaume de Hongrie récemment christianisé et consolidé. Bruno a passé beaucoup de temps au monastère où Adalbert était devenu moine et où l’abbé Jean Canaparius a peut-être écrit une vie d’Adalbert. En 998, Bruno entra dans un monastère bénédictin près de Ravenne qu’Otto avait fondé, et suivit plus tard une formation ascétique stricte sous la direction de Romuald.

(suite…)

Continuer la lectureBruno de Querfurt, évêque missionnaire.

Władysław Hasior, sculpteur et peintre.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :5 août 2023
  • Temps de lecture :3 min de lecture

Władysław Hasior (né le 14 mai 1928 à Nowy Sącz, mort le 14 juillet 1999 à Cracovie) – sculpteur polonais, peintre, scénographe, associé à Podhale.


Dans les années 1947–1952, il étudie à l’École secondaire nationale des  techniques artistiques de Zakopane sous la direction du professeur Antoni Kenar, puis en 1952–1958, il étudie à l’Académie des beaux-arts de Varsovie , sous la direction du professeur Marian Wnuk. En 1959, il reçoit une bourse du ministère français de la Culture ; il étudie à l’atelier du sculpteur Ossip Zadkine à Paris. À partir de 1957, il expose individuellement et participe à des expositions collectives en Pologne et à l’étranger, par ex. à : Paris, Rome, Stockholm, Oslo, Montevideo, São Paulo, Helsinki, Vienne, Venise, Copenhague, Bruxelles, Moscou. Participant du Wrocław ’70 Art Symposium. Il a été enterré au cimetière du mérite de Zakopane à Pęksowy Brzyzek (kw. L-III-21a).

Son travail fait référence aux courants artistiques modernes ( surréalisme , sculpture abstraite, nouveau réalisme ), mais aussi à l’artisanat et à la production folklorique traditionnels. Dans ses œuvres, Hasior a utilisé des objets prêts à l’emploi – “des accessoires usés de la vie quotidienne”, qu’il a collectés dans sa maison à Zakopane. Il est également considéré comme un pionnier de l’assemblage en Pologne.

En 2014 , MOCAK a organisé l’exposition Władysław  Hasior. L’exposition présente une centaine d’œuvres de l’artiste des années 1956-1986.

(suite…)

Continuer la lectureWładysław Hasior, sculpteur et peintre.