Wanda Wasilewska, journaliste et militante.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :2 août 2023
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Wanda Wasilewska, née à Cracovie le 21 janvier 1905 et morte à Kiev le 29 juillet 1964, est une journaliste et militante communiste polonaise. En 1943, cofondatrice de l’Union des Patriotes polonais (Związek Patriotów Polskich ou ZPP) et de la 1re Division d’Infanterie Tadeusz Kościuszko, colonel de l’Armée rouge. En 1944, vice-présidente du Comité polonais de libération nationale. Après la guerre, elle a vécu en URSS. Écrivain officiel de l’après-guerre, elle est devenue symbole honni de l’aliénation culturelle en Pologne comme en Ukraine.


Fille de Leon Wasilewski (1870-1936), le premier ministre des affaires  étrangères de la Pologne indépendante de 1918, Wanda Wasilewska s’est mariée d’abord avec Roman Szymański (mort en 1931), ensuite avec Marian Bogatko (1906-1940) et en troisièmes noces avec l’écrivain soviétique Olexandr Kornitchouk (1905-1972).

Elle étudia la philosophie à l’université de Varsovie, puis la littérature polonaise à l’Université Jagellonne de Cracovie. Elle passa son doctorat en 1927. Pendant qu’elle étudiait, elle se lança dans le militantisme avec l’Union des jeunes socialistes et l’Union des travailleurs universitaires.

Après ses études, elle devint institutrice puis journaliste dans divers  journaux de gauche dont Robotnik (L’Ouvrier). Elle dirigeait aussi une revue pour la jeunesse, Płomyk, et avait fait publier des romans teintés de radicalisme social.

En janvier 1943, Wanda Wasilewska et Alfred Lampe adressèrent une pétition aux autorités soviétiques pour la création d’un tout englobant le centre polonais dans l’Union soviétique; il fonctionne comme un  « contrepoids pour les ” éléments d’émigrés réactionnaires » c’est-à-dire le gouvernement polonais en exil. L’Union des Patriotes polonais (Związek Patriotów Polskich ou ZPP) – selon Wasilewska, le nom de l’organisation était l’idée de Staline – a été organisée à partir du 1er mars et son importance a augmenté après que l’Union soviétique a rompu ses relations avec le gouvernement en exil polonais en avril 1943, à la suite de la découverte du massacre de Katyń. L’Union deviendra par la suite le noyau du Comité polonais de libération nationale proclamé par les communistes en juillet 1944.

(suite…)

Continuer la lectureWanda Wasilewska, journaliste et militante.

Zygmunt Berling, militaire et homme politique.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :2 août 2023
  • Temps de lecture :3 min de lecture

Zygmunt Henryk Berling (27 avril 1896 – 11 juillet 1980) est un général (général de brigade) et homme politique polonais ayant combattu pour l’indépendance de la Pologne puis à la tête des troupes polonaises soviétiques.


Il naît à Limanowa, alors dans l’empire d’Autriche-Hongrie. Il rejoint en 1914 les troupes polonaises commandées par Joseph Pilsudski, puis est intégré à l’armée austro-hongroise après la dissolution des troupes de Pilsudski, en 1917. Pendant la guerre contre l’URSS, il s’illustre à la bataille de Lwow et est décoré de la Croix d’argent de l’Ordre Virtuti Militari. Il reste dans l’armée après la guerre et est promu lieutenant-colonel en 1930.

En disponibilité en 1939, il est arrêté par le NKVD à la suite de l’invasion soviétique de la Pologne. Il part en captivité pour l’Union Soviétique jusqu’aux accords Sikorski-Maïski (août 1941) prévoyant la création d’une armée polonaise en URSS (la future Armée d’Anders). Interrogé à la Loubianka par le NKVD, il est repéré comme un cadre potentiel pour une future unité polonaise de l’Armée rouge, et lors de l’invasion de l’URSS, il publie une déclaration évoquant la renaissance d’une Pologne qui serait intégrée à l’URSS.

Lieutenant-colonel dans l’Armée d’Anders, créée à la suite d’un accord avec les Britanniques, il est chef d’état-major de la 5e Division d’infanterie polonaise. Alors que Władysław Anders quitte l’URSS avec ses troupes en 1942 pour rejoindre les Britanniques par l’Iran, Berling et deux autres officiers refusent de le suivre, ce qu’Anders qualifie de “désertion”. Il pousse alors, avec Wanda Wasilewska, à la création d’une armée polonaise, qui lui est accordée en mai 1943 à la faveur d’un refroidissement des relations soviétiques avec le gouvernement polonais en exil. Berling prend ainsi la tête de la Première division d’infanterie Tadeusz Kościuszko au rang de général, qui s’illustre à la bataille de Lenino en

(suite…)

Continuer la lectureZygmunt Berling, militaire et homme politique.

Władysław Tatarkiewicz, philosophe et historien.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :2 août 2023
  • Temps de lecture :2 min de lecture

Władysław Tatarkiewicz, né le 3 avril 1886 à Varsovie et mort le 4 avril 1980 dans la même ville est un philosophe et historien de l’art polonais, connue pour ses travaux sur l’histoire de la philosophie, l’éthique et l’esthétique.


Après l’Université volante de Varsovie, Władysław Tatarkiewicz poursuit ses études à Zurich, Berlin, Marburg, Paris et Lwów, en démontrant un large éventail d’intérêts allant du droit et passant par la psychologie, la  philosophie l’anthropologie, la zoologie jusqu’à l’histoire de l’art.

Tatarkiewicz entame sa carrière universitaire en 1915 en tant que maître de conférences en philosophie à l’Université de Varsovie. Il travaille ensuite à l’Université de Vilnius (1919-1921) puis à l’Université de Poznań (1921-1923), où il enseigne la philosophie, l’esthétique et l’histoire de l’art contemporain.

En 1931, il publie les deux premiers volumes de sa monumentale l’Histoire de la philosophie. Le manuscrit du troisième volume brûle pendant  l’insurrection de Varsovie en 1944. Recréé par l’auteur après la guerre et publié en 1950, il est immédiatement interdit par les communistes. L’interdiction est en vigueur jusqu’en 1957.

Dans les années 1950, Tatarkiewicz travaille sur une autre grande œuvre de sa vie, considérée comme le couronnement de ses réalisations académiques: l’Histoire de l’esthétique en trois volumes, publiée pour la première fois en 1960 – 1967.

Parmi les autres travaux notables du professeur, il convient citer Sur le bonheur et l’Histoire des six concepts.

(suite…)

Continuer la lectureWładysław Tatarkiewicz, philosophe et historien.