Aléxandros Zaïmis, homme politique.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :21 janvier 2023
  • Temps de lecture :1 min de lecture

Aléxandros Zaïmis (en grec moderne : Αλέξανδρος Ζαΐμης), né à Athènes le 9 novembre 1855 et mort à Vienne (Autriche) le 15 septembre 1936, est un homme politique grec. Il est issu d'une puissante famille de notables du nord du Péloponnèse, les Zaïmis, dont de nombreux membres ont exercé des fonctions importantes ; son père Thrasybule a ainsi été deux fois premier ministre. Sa mère Hélène appartient à la famille Mourousis. Il fut cinq fois Premier ministre, en 1897, 1899, 1901-1902, 1915, 1916 et 1917, puis président de la République de 1929 à 1935. Il fut également haut-commissaire de la Crète autonome de 1906 à 1908. Source : Wikipédia.

Continuer la lectureAléxandros Zaïmis, homme politique.

Thalos, le gardien de l’île.

Talos était une gigantesque créature de bronze fabriquée par Héphaïstos, qui l’offrit à Minos.

Minos fit de Talos le gardien de l’île. Il projetait des rochers sur les embarcations qui s’approchaient un peu trop près de la Crête. Il repoussait les intrus en les lapidant ou en les étreignant de son corps, qu’il avait fait préalablement rougir au feu.Il était chargé de faire le tour de l’île trois fois par jour, de protéger l’île, mais aussi Europe, quand Minos devait  s’absenter.

Il était  invincible, sauf en un endroit de la cheville où un défaut laissait apparaître la veine unique qui l’irriguait entièrement. Cette même veine était refermée par un clou. Le mythe le représentait parfois avec une paire d’ailes dans le dos.

Lorsque Jason et les Argonautes firent escale en Crète, ils durent faire face au Géant. Talos arrachait les blocs de pierre du rivage et les lançait sur les navires des voyageurs. Ils les évitèrent à plusieurs reprises. Il fut finalement vaincu grâce à l’aide de Médée, qui parvint à troubler son esprit par des enchantements. En lui envoyant des visions trompeuses, elle rendit Talos furieux, au point qu’il finit par arracher le clou refermant sa veine en se frottant brusquement contre un rocher. Il se vida de son fluide vital qui avait l’aspect du plomb fondu et il mourut aussitôt sans même que les voyageurs eussent à livrer bataille. Ceux-ci finirent par aborder et passèrent la nuit sur le rivage. Le lendemain, ils construisirent un sanctuaire voué à une divinité minoenne auprès de la dépouille de Talos avant de repartir. Talos était considéré comme un demi-dieu né des frênes pendant l’âge de bronze..

(suite…)

Continuer la lectureThalos, le gardien de l’île.

Héra, déesse de la mythologie grecque.

Dans la religion grecque antique, Héra ou Héré (en grec ancien (attique) Ἥρα / Hêra ou en ionien Ἥρη / Hêrê) est une déesse de la mythologie grecque. Elle est une Cronide, fille des Titans Cronos et Rhéa, sœur et la femme de Zeus. Elle est aussi la sœur de Déméter, d’Hadès, de Poséidon et d’Hestia.

Héra est la protectrice des femmes et la déesse du mariage, gardienne de la fécondité du couple et des femmes en couches. De nombreuses traditions la concernant conservent des éléments de la nature originelle de la déesse comme personnification féminine de la belle saison. Elle est identifiée à Junon dans la mythologie romaine.


Fille de Rhéa et de Cronos (elle est l’aînée des enfants dans l’Iliade et la troisième chez Hésiode), elle est dès sa naissance avalée par son père. Elle est libérée par son frère Zeus en même temps que tous ses frères et sœurs.

Après la Titanomachie, Héra devient l’épouse de Zeus. Elle est la mère, par Zeus, d’Arès, d’Hébé et d’Ilithyie. Elle engendre aussi Héphaïstos, qu’elle conçoit seule pour défier son mari et lui montrer qu’elle pourrait enfanter sans lui. Homère et Cicéron font néanmoins d’Héphaïstos le fils de Zeus et d’Héra.

Les traditions post-hésiodiques attribuent à Zeus et Héra de nombreux autres enfants absents des catalogues « traditionnels ». Quintus de Smyrne, dans ses Posthomériques, leur reconnaît ainsi trois filles supplémentaires : la Charite Pasithée et les déesses guerrières Ényo (les Batailles) et Éris (la Discorde). Le pseudo-Hygin, dans la préface de ses Fables, mentionne également parmi leurs enfants la Liberté. Par ailleurs, les scholies à  Théocrite citent le mimographe Sophron, qui dans un écrit intitulé Angélos nomme ainsi une fille méconnue de Zeus et d’Héra, qui est plus ou moins identique à Hécate.

(suite…)

Continuer la lectureHéra, déesse de la mythologie grecque.