Le Viguier d’Andorre.

Le viguier était, en Andorre, le nom porté par un juge au Tribunal supérieur d’Andorre. Chaque cosuzerain de la principauté, l’évêque d’Urgell et le président de la République française, nommait un viguier, respectivement désignés sous le terme de « viguier épiscopal » et « viguier français ». La fonction a disparu en 1993.


Le viguier était, en Andorre, le nom porté par un juge au Tribunal supérieur d’Andorre. Chaque cosuzerain de la principauté, l’évêque d’Urgell et le président de la République française, nommait un viguier, respectivement désignés sous le terme de « viguier épiscopal » et « viguier français ». La fonction a disparu en 1993.

Le terme de « viguier » provient de « vicaire » et désigne un représentant du seigneur.

En 819, Louis le Pieux concéda aux habitants d’Andorre la Grande Charte (Magna Carta) qui accorde l’indépendance de la communauté des bergers et des agriculteurs des vallées andorranes.

Continuer la lecture de « Le Viguier d’Andorre. »

La Casa de la Vall (Andorre).

La Casa de la Vall (traduit selon les cas du catalan en : « Maison de la Vallée » ou « Maison des Vallées ») est le siège historique du Conseil général d’Andorre, l’assemblée législative de la principauté d’Andorre, situé à Andorre-la-Vieille, la capitale.

Il fait partie des édifices protégés de la principauté depuis 16 juillet 2003.

Depuis 2011 et la mise en service du nouveau parlement, le Conseil général ne siège dans son bâtiment historique que pour la session d’ouverture de la législature ainsi que pour la session de la Saint-Thomas.


Construite en 1580, elle fut la propriété de la famille Busquets jusqu’à ce qu’elle soit acquise en 1702 par le Consell de la Terra (« Conseil de la Terre »), assemblée formée par des représentants des populations des vallées et veillant sur celles-ci.

Le plan du bâtiment est rectangulaire, élevé sur deux niveaux. À l’angle nord-ouest, un vieux pigeonnier constitue une tour de défense et donne à l’ensemble un aspect de petite forteresse.

Maison des vallées, carte maximum, Andorre.

Continuer la lecture de « La Casa de la Vall (Andorre). »

Bruno Leuschner, homme politique.

Bruno Max Leuschner, né le 12 août 1910 à Rixdorf et mort le 10 février 1965 à Berlin-Est, est un militant communiste allemand, déporté, et homme politique est-allemand, membre du Politburo du Comité central du SED et président de la Commission nationale au plan.


Jeune, il travaille dans l’industrie et un service d’exportation. Il suit des cours à la Humboldt-Hochschule de Berlin, ainsi qu’à la Marxistische Arbeiterschule. En 1931, il adhère au parti communiste d’Allemagne puis il travaille pour le parti, sous le nom de code Max, comme spécialiste du parti national-socialiste. En 1936, il est arrêté et condamné à six ans de prison pour « préparation à la haute trahison », peine qu’il purge dans les maisons d’arrêt de Brandenburg-Görden et Sonnenburg. Il est ensuite incarcéré au camp de concentration de Sachsenhausen de 1942 à 1944 et au camp de concentration de Mauthausen jusqu’en 1945.

De retour à Berlin en 1945, Leuschner dirige la section politique  économique au Comité central du parti communiste, puis devient chef du département de l’économie et des finances du SED. Il joue un rôle de plus en plus important dans la mise en place de la Commission économique allemande (DWK) et devient responsable de la planification économique à partir de 1948.

Continuer la lecture de « Bruno Leuschner, homme politique. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page