Karl Maron, homme politique.

Karl Maron (né le 27 avril 1903 à Charlottenburg ; † 2 février 1975 à Berlin-Est ) était un homme politique allemand ( KPD , SED ). De 1955 à 1963, il a été ministre de l’Intérieur de la RDA et membre du Comité central (ZK) du SED depuis 1954.


Le fils d’un cocher a suivi un apprentissage d’ajusteur de machines après avoir fréquenté l’école primaire de 1917 à 1921 et a exercé le métier qu’il a appris jusqu’en 1929. Depuis 1919, il était actif en tant que lutteur dans le mouvement sportif ouvrier. En 1926, il rejoint le KPD. De 1927 à 1928, il fut membre de la direction du Parti communiste de l’ usine Siemens à Berlin , à partir de 1931 membre de la direction du Reich de la communauté de combat des unités sportives rouges et à partir de 1932 président du club sportif ouvrier “Fichte”.

À la suite de la prise de pouvoir nazie en 1933 , Maron travailla illégalement et émigra à Copenhague en 1934 , où il devint rédacteur en chef du service de presse de la Rote Sport-Internationale (RSI). À partir de 1935, il fut  représentant du RSI au Comité exécutif de l’ Internationale communiste (EKKI) à Moscou et après la dissolution du RSI en 1937, il travailla au service de presse et d’information de l’EKKI. De 1943 à 1945, pendant la Seconde Guerre mondiale , il est rédacteur en chef du journal Freies Deutschland du NKFD, où il est responsable des reportages de guerre.

Continuer la lecture de « Karl Maron, homme politique. »

Franz Dahlem, homme politique.

Franz Dahlem, né le 14 janvier 1892 à Rohrbach-lès-Bitche et mort le 17 décembre 1981 à Berlin, est un homme politique et résistant allemand, survivant de la déportation à Mauthausen.

Il exerce plusieurs mandats de député entre 1921 et 1976 et assume d’importantes responsabilités au sein du Parti communiste d’Allemagne puis du Parti socialiste unifié d’Allemagne. Tombé en disgrâce en 1953 puis réhabilité en 1956, il est vice-ministre de l’enseignement supérieur et technique en République démocratique allemande de 1967 à 1974.


Fils de Pierre Dahlem, aiguilleur, et de Marie Wagner, Franz Dahlem naît le 14 janvier 1892 à Rohrbach-lès-Bitche, dans le territoire d’Empire  d’Alsace-Lorraine. De 1911 à 1913, il est en apprentissage dans une entreprise commerciale à Sarrebruck.

Il s’engage tôt dans la politique en adhérant à une association de jeunes catholiques en 1906, puis aux Syndicats libres d’orientation socialiste en 1911. Employé commercial à Cologne, il devient membre du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) en 1913. Pendant la Première Guerre mondiale, il est simple soldat dans l’armée allemande, de 1914 à 1918, et adhère au Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne (USPD) en 1917.

De retour à Cologne fin 1918, il est rédacteur au journal de l’USPD Sozialistische Republik. En 1920, il est élu conseiller municipal. Cette même année, il opte pour la fusion de l’USPD avec le Parti communiste d’Allemagne (KPD). Il devient membre du Comité central et responsable régional du KPD, fonctions qu’il perd l’année suivante pour s’être opposé à l’Action de mars. Il est envoyé à Berlin pour intégrer la rédaction de la correspondance de presse internationale, organe de l’Internationale communiste.

Continuer la lecture de « Franz Dahlem, homme politique. »

Jan van Goyen, peintre.

Jan Josephsz. van Goyen (Leyde, 13 janvier 1596 – La Haye, 27 avril 1656) est un peintre et dessinateur de paysages néerlandais (Provinces-unies) du siècle d’or. Van Goyen a laissé beaucoup de peintures représentant des chemins forestiers, des rivières, des lacs et des canaux des environs de La Haye, Rotterdam, Delft, Dordrecht, Leyde, Gouda, Arnhem et Emmerik.


Van Goyen est né le 13 janvier 1596, fils de Joseph van Goyen, qui exerce le métier de cordonnier. À un moment situé entre 1608 et 1615, il part pour Hoorn, après avoir été en apprentissage chez trois peintres et avoir renoncé à devenir souffleur de verre.

Vers 1615/1616, alors âgé de 19 ans, il entreprend un voyage d’étude en France en compagnie de son ancien maître, avant de venir poursuivre sa formation à Haarlem vers 1617 auprès d’Esaias Van de Velde, qui lui enseigne un nouveau style pictural. En 1618, il revient dans sa ville natale, s’y marie et y intègre la guilde de Saint-Luc. En plus d’être peintre, il exerce également (comme Vermeer) l’activité de marchand d’art – il sera d’ailleurs fait appel à lui en qualité d’expert.

Sa première œuvre signée date de 1620. Il réalisera par la suite environ mille tableaux et huit cents dessins. En 1629, il achète une maison à Jan Porcellis, un peintre de marines.

Continuer la lecture de « Jan van Goyen, peintre. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page