L’Islam aux Comores.

Environ 99 à 100 % de la population de l’Union des  Comores est musulmane, essentiellement sunnite de rite chafiite.


Une légende locale affirme que l’islam fut apporté dans les Comores du temps de la vie de Mahomet, par deux nobles Comoriens qui visitaient La Mecque : Fey Bedia Mwamba et Mtswa Mawandze. Les études historiques suggèrent que l’islam est arrivé aux Comores par des marchands arabes et par des princes sunnites Perses qui s’exilèrent aux Comores au IXe siècle. À partir de cette époque, les Comores ont été surnommées en Occident les « îles des sultans batailleurs ».

Au XVIe siècle le chef originaire du Chiraz Hassan ibn Issa, qui affirmait être un descendant de Mahomet, appela les Comoriens à se convertir à l’islam. Il fit aussi construire beaucoup de mosquées. Plus tard, au XIXe siècle, le cheikh Abdallah Darwesh introduisit la confrérie chadhiliyya aux Comores. Né dans la grande Comore, il avait voyagé au Moyen-Orient, et fut un  artisan majeur du développement de cette confrérie soufie. Le cheikh Al-Ami ibn Ali al-Mazruwi, décédé en 1949, fut le premier ouléma des Comores. Il traduisit en swahili des livres importants de l’islam.

Continuer la lecture de « L’Islam aux Comores. »

Le mérou brun.

Le Mérou brun (Epinephelus marginatus), aussi appelé mérou de  Méditerranée, mérou noir, mérou rouge ou mérou sombre est une espèce de poissons. Il fait partie des huit espèces de mérous recensées dans la mer Méditerranée de la famille des Serranidae mais on le trouve aussi au Brésil.


Son corps est ovale et massif, couvert de petites écailles. La tête est épaisse et porte des yeux proéminents, entourés de taches claires. Ce poisson porte une nageoire dorsale unique, et a une queue arrondie à bordure blanche. Les nageoires pectorales et anale s’assombrissent distalement. Cette espèce peut atteindre 150 cm3 pour 100 kg. Son espérance de vie moyenne est de 50 ans.

Ce poisson vit entre 20 et 200 m de profondeur, près du fond, dans les zones rocheuses accidentées. On le trouve dans toute la mer Méditerranée mais  aussi en océan Atlantique est (de la Bretagne à l’Afrique du Sud), et jusqu’au Brésil. Il est également présent dans l’océan Indien occidental.

Il est généralement solitaire cependant on peut rencontrer quelques  individus (deux ou trois) partageant une même grotte ou un périmètre relativement réduit mais qui seront toujours de taille différente, au moment du frai il migre vers des eaux profondes.

Continuer la lecture de « Le mérou brun. »

La Colvillea.

Colvillea racemosa Bojer, appartient à la famille des Fabaceae à la sous-famille des Caesalpinioideae et au genre Colvillea qui est monospécifique. L’institution du genre Colvillea est due au professeur Bojer, vice-président de l’Académie à l’île Maurice, il dédie ce genre en hommage à sir Charles Colville, gouverneur de l’île Maurice.

Colvillea racemosa est endémique de l’ouest de Madagascar, on le trouve dans le nord près d’Antsiranana, et depuis le plateau du Bemaraha jusqu’au sud où il est présent dans la forêt claire décidue et dans la forêt  périodiquement sèche sur des sols sableux, jusqu’à 300 m d’altitude.

Colvillea racemosa a été introduit dans de nombreux pays tropicaux comme arbre d’ornement en raison de ses fleurs orange vif et de son feuillage délicat.

Colvillea racemosa est présent à La Réunion uniquement à l’état cultivé, dans les jardins et les parcs pour l’ornement, l’espèce dans l’île est nommée Flamboyant d’avril.

Continuer la lecture de « La Colvillea. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page