Henri Pascal de Rochegude, officier de marine, homme politique et écrivain.

Henri de Paschal (ou Pascal), marquis de Rochegude (Enric Pascal de Ròchaguda en occitan), né le 18 décembre 1741 et mort le 16 mars 1834 à Albi, dans le Tarn, est un officier de marine, homme politique, romaniste, lexicographe et bibliophile occitan et français.


Henri de Paschal de Rochegude est le fils de François de Paschal de Rochegude et de Rose de Combettes de Caumon. Son grand-père était né Paschal de Saint-Juéry.

Officier de marine sous l’Ancien Régime, Rochegude participe à une mission en Inde en 1768-1769 et à la deuxième expédition aux îles Kerguelen en 1773 : une presqu’île et un lac portent son nom près de Port-Christmas où il débarqua le 6 janvier 1774 pour y laisser un message de prise de possession de l’archipel au nom du roi de France. À partir de 1776, il est membre de l’Académie royale de marine. Il patrouille sur l’océan Atlantique pendant la guerre d’indépendance des États-Unis, puis, ayant reçu un brevet de lieutenant de vaisseau, il assure une mission de contrôle à Saint-Domingue de 1785 à 1787.

Continuer la lecture de « Henri Pascal de Rochegude, officier de marine, homme politique et écrivain. »

La Pyrite.

La pyrite est une espèce minérale composée de disulfure de fer (FeS2), polymorphe de la marcassite ; elle contient généralement des traces de métaux précieux (argent (Ag), or (Au)), et de métaux lourds et métalloïdes toxiques nickel (Ni), cobalt (Co), arsenic (As), cuivre (Cu), zinc (Zn), thallium (Tl), sélénium (Se) et vanadium (V), et qui rendent son  exploitation en tant que minerai très polluante.


Le terme pyrite est attribué à Dioscoride ; il en fait la première mention connue en l’an 50. La pyrite fut remarquée des anciens pour les étincelles qu’elle produit sous les chocs. Le terme provient du grec πυρίτης (pyrítēs) – λίθος (líthos) – littéralement « pierre à feu ».

Du point de vue macroscopique, les cristaux de pyrite prennent souvent des formes dodécaédriques aux faces pentagonales appelé pyritoèdres. De façon générale, la pyrite forme des cristaux d’habitus cubique, octaédrique ou pyritoédrique, dont les faces peuvent être striées.

Continuer la lecture de « La Pyrite. »

Le spinelle.

Le spinelle est le minéral le plus commun du groupe du même nom. C’est un spinelle dit “normal”, les ions bivalents étant tous en sites tétraédriques. Il forme deux séries continues : l’une vers le terme ferrifère (hercynite) et l’autre vers le terme zincifère (gahnite). Le spinelle est un produit de  réaction de roches intrusives alumineuses au contact d’encaissants  magnésiens (roches basiques ou plus fréquemment roches dolomiti ues) ; il se rencontre essentiellement dans les marbres et les calcaires métamorphiques, plus rarement dans les pegmatoïdes de roche basiques,

avec diopside, calcite et phlogopite. L’origine de son nom est incertaine, peut-être du latin spina (épine) en raison de la forme octaédrique fréquente de ses cristaux ou du grec spinos (étincelle) en référence aux couleurs éclatantes de ses variétés utilisées en joaillerie. Le spinelle est de couleur variable : noire, rose, rouge, bleue, jaune et possèe une forte dureté (8 sur l’échelle de Mohs). Il forme des cristaux octaédriques parfois de taille décimétrique. Le spinelle possède peu d’usages industriels. Ses variétés gemmes colorées sont utilisées en bijouterie, principalement sa variété rouge appelée autrefois “rubis balais” (du nom de l’île de Bali, où avait lieu son commerce).

Continuer la lecture de « Le spinelle. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.