L’expédition du Kon-Tiki.

Le Kon-Tiki est un radeau construit par l’anthropologue norvégien Thor Heyerdahl pour réaliser une traversée de l’océan Pacifique. En dérivant et avec l’aide d’une voile rudimentaire, l’embarcation et son équipage partent du Pérou et parviennent à rejoindre l’archipel des Tuamotu après cent un jours et huit mille kilomètres de navigation du 28 avril au 7 août 1947. L’expédition veut vérifier l’hypothèse de l’exploration inca de l’océan Pacifique.


Le Kon-Tiki, ainsi nommé du nom du dieu du Soleil chez les Incas, est construit sur le modèle des embarcations traditionnelles précolombiennes. Il est réalisé en assemblant des rondins de balsa, sans clou ni rivet,  seulement avec des cordes. Au cours de la traversée, ses occupants survivent principalement grâce à la pêche et à la récupération d’eau de pluie.

Le but de cette expédition scientifique, conduite par Thor Heyerdahl, est de réfuter une objection courante à sa théorie selon laquelle les populations des îles du Pacifique étaient en partie originaires d’Amérique : la traversée sur une telle embarcation était souvent considérée comme impossible.

Continuer la lecture de « L’expédition du Kon-Tiki. »

Pōmare II, roi de Tahiti.

Pōmare II, connu sous le nom de Tunuieaiteatua ou encore de Vaira’a-toa, né vers 1782 à Tahiti et mort le 7 décembre 1821 à Moorea, fut le second roi de Tahiti de la dynastie des Pomare. Héritier et fils de Pōmare Ier, il règne d’abord sous la régence de son père à partir de 1791, puis seul après la mort de ce dernier en 1803. Sous son règne, le protestantisme devient la religion officielle du royaume.

En 1803, à la mort de Pōmare Ier, son fils lui succède véritablement. Au pouvoir, il s’allie encore davantage avec les missionnaires, et dès 1803 ces derniers lui enseignent la lecture et les Évangiles. Les missionnaires encouragent par ailleurs sa volonté de conquête, afin de n’avoir à traiter qu’avec un seul interlocuteur politique. La conversion de Pomare II en 1812 inaugure l’essor du protestantisme dans l’île.


En 1788, Bligh estime que le prince a six ans, il serait ainsi né vers 1782 à Tahiti. Fils du chef tahitien Vairaʻatoa Taina, il devient prince héritier du nouveau royaume de Tahiti après que son père a réunifié les différentes chefferies en se proclamant roi sous le nom de Pōmare Ier en 1788.

En 1791, le roi abdique en faveur de son jeune fils de neuf ans, mais prend la régence qu’il conserve jusqu’à sa mort.

Le 5 mars 1797, des missionnaires de la London Missionary Society débarquent à la pointe Vénus (Mahina) à bord du Duff, avec pour ambition de détruire les cultes maohi et de christianiser la population. L’arrivée de ces missionnaires marque un nouveau tournant pour l’île de Tahiti, dont la culture locale et la structure sociale sont profondément bouleversées.

Continuer la lecture de « Pōmare II, roi de Tahiti. »

André Japy, pionnier de l’aviation.

André Japy, né le 11 juillet 19041 à Beaucourt (Territoire de Belfort) et mort en 1974, est un pionnier français de l’aviation, issu de la dynastie  industrielle comtoise des Japy. Il reçut en 1938 de la Fédération aéronautique internationale la médaille Louis Blériot pour l’ensemble de ses exploits.


Le 21 août 1935, il effectue dans la journée le trajet Paris – Oslo et retour (14 h 45 min de vol pour 2 880 km) avec un monoplan Caudron C.600 Aiglon équipé d’un moteur Renault de 100 chevaux.

Le 1er septembre 1935, il effectue dans la journée le trajet Paris – Oran et retour (16 heures et 25 minutes de vol).

Le 22 septembre 1935, il effectue dans la journée le trajet Paris – Tunis et retour.

Le 31 juillet 1936 : il relie Paris et Alger en 5 h 3 min sur un Caudron Simoun. Le retour est effectué en 5 h 48 min après une escale de 58 min à Alger.

Le 6 août 1936, il relie Paris et Moscou en 16 h 5 min avec escales.

Le 8 août 1936, il relie Moscou et Paris en 9 h 50 min sans escale.

Continuer la lecture de « André Japy, pionnier de l’aviation. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.