Ville de Papeete (Polynésie française).

Papeete est une commune et le chef-lieu de la Polynésie française, situé sur l’île de Tahiti. La conurbation Papeete-Faaa est la seconde ville francophone d’Océanie après Nouméa.

En tant que capitale de collectivité d’outre-mer, elle regroupe ses principales institutions telles que le Haut-commissariat, le gouvernement de la Polynésie française avec son président, l’Assemblée de la Polynésie française, ainsi que le Conseil économique, social et culturel. S’y trouvent également les grandes infrastructures de la Polynésie française telles que le Port autonome de Papeete, les dépôts de carburant, le centre hospitalier territorial, les cliniques privées et l’essentiel des infrastructures  industrielles et économiques, ainsi que les institutions bancaires et financières.


La commune est située dans le Nord de Tahiti, l’île principale de l’archipel de la Société, dans l’Océan Pacifique.

Papeete est entourée par les communes de :

  • Pirae à l’est ;
  • Faaa à l’ouest.

Continuer la lecture de « Ville de Papeete (Polynésie française). »

La Culture Tiki.

La culture Tiki est un thème artistique et décoratif s’inspirant de la culture polynésienne né aux États-Unis et à la mode entre les années 1920 et 1960. Son nom provient de la sculpture dite « tiki ».


Le développement de la culture Tiki a lieu dans un contexte d’émergence d’une culture de masse (industrie culturelle, publicité, etc.), alors que l’archipel d’Hawaï a été annexé aux États-Unis au début du siècle (territoire d’Hawaï).

Dès les années 1920 aux États-Unis, les musiques commencent à s’inspirer de la culture pacifique ; à cette époque, un quart de la production musicale américaine était en effet classée dans la catégorie « hawaïenne ». 1200  écoles sont même ouvertes dans le pays afin d’apprendre à jouer de la guitare hawaïenne. La raison de ce succès est le « fantasme d’un paradis à portée de main » dans une Amérique marquée par le puritanisme : sont mis en avant les vahinés aux seins nus, sexuellement suggestives pour les hommes, et les danseurs de feu samoans pour les femmes. La culture Tiki devient dès lors un objet publicitaire qui connaît son apogée dans les années 1950, utilisant comme mascotte la sculpture stylisée du tiki, une divinité chargée des âmes des ancêtres et représentée sous forme de sculpture comme un farceur : ces objets ornent alors de nombreux bars, restaurants et motels, témoignant d’un « design nouveau, à la fois moderne et primitif, […] synonyme d’un environnement plaisant et relaxant destiné aux aspirants à la vie insulaire ».

Continuer la lecture de « La Culture Tiki. »

Le Tiaré tahiti.

Le tiaré tahiti, littéralement « fleur tahitienne » (nom scientifique, Gardenia taitensis), souvent appelé à tort « fleur de Tiaré » (pléonasme), est une espèce de petit arbuste au puissant parfum de jasmin, présent dans une grande partie du Pacifique insulaire, jusqu’au Vanuatu. Cet arbuste tropical sempervirent peut atteindre jusqu’à 4 mètres de haut. Ses feuilles à l’aspect vernissé mesurent de 5 à 16 cm ; la fleur est généralement blanche et  présente de 5 à 9 pétales arrangés en hélice. Il arrive que certains tiaré Tahiti soient jaunes.

Le mono’i est une huile de soin obtenue par la macération des fleurs Tahiti dans l’huile raffinée de coco. Le tiare tahiti est l’emblème national de la Polynésie française. Observé pour la première fois par Johann Georg Adam Forster, le naturaliste embarqué lors de la seconde circumnavigation du célèbre navigateur James Cook, il décrivit à tort cette fleur comme un gardenia florida. Un premier échantillon fut recueilli et ramené en Europe par Dumont d’Urville en 1824. Les fleurs de Tahiti mélangées dans du coco germé, râpé et fermenté, exposées au soleil pendant des jours et des jours donnent le mono’i, une huile de soin pour les cheveux et la peau.

Continuer la lecture de « Le Tiaré tahiti. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page