Le Kagou huppé.

Le Kagou huppé, ou simplement Cagou2 (Rhynochetos jubatus), est une espèce d’oiseaux échassiers endémique de Nouvelle-Calédonie. Long d’environ 55 cm, grisâtre, il est incapable de voler. C’est le seul représentant de la famille des Rhynochetidae et du genre Rhynochetos.


Il possède un plumage gris-bleu rayé de noir sur les ailes, un bec et des pattes rouges, et une crête érectile sur la tête, peu visible quand il est au repos. Il mesure environ 55 cm. Son poids varie considérablement selon la saison et les individus, entre 0,7 et 1,1 kg. Contrairement aux ratites, qui ont des ailes réduites, les siennes sont de taille normale, avec une envergure d’environ 77,5 cm, mais leur musculature est insuffisante pour lui permettre de voler.

Ses yeux sont grands, placés assez à l’avant de la tête pour lui donner une bonne vision binoculaire, utile pour repérer ses proies dans la pénombre de la forêt. Ses narines sont couvertes par des « étuis nasaux », une structure unique parmi les oiseaux, qui a peut-être pour fonction de les protéger pendant qu’il fouille le sol.

Sa composition sanguine est également unique, avec seulement le tiers des globules rouges d’un oiseau normal, chacun comportant trois fois plus d’hémoglobine.

Continuer la lecture de « Le Kagou huppé. »

Lucien Bernheim, industriel.

Lucien Bernheim (né à Mulhouse le 25 juin 1856, mort à Paris le 15 octobre 1917) est un industriel et propriétaire de mines d’origine alsacienne ayant fait fortune en Nouvelle-Calédonie. Il est à l’origine de la fondation de la Bibliothèque Bernheim.


Lucien Bernheim nait en 1856 dans une famille de juifs alsaciens possédant des filatures, après des études au lycée, il part en Suisse durant la guerre franco-allemande de 1870 mais repasse la frontière pour s’engager, à quatorze ans, dans le corps franc des « Vengeurs du Rhône » il est versé dans la 2e Légion d’Alsace-et-de-Lorraine. Il s’engage ensuite à bord d’un navire. Il se rend en Indochine où il monte des affaires de fours à chaux puis en Australie où il se lance dans la prospection minière. Il arrive en Nouvelle-Calédonie en 1884.

Il se marie en 1894 avec Blanche Ditishein (1872-1929), une Suissesse, ils auront deux enfants, Constant (1895-1910) et Gaspard (1897, mort des suites de la Grande Guerre en 1919).

Il découvre à Népoui sur la côte ouest calédonienne un important gisement de minerai riche en nickel, la népouite, qu’il exploite à partir de 1892. Il fait installer De 1895 à 1898 une voie ferrée de 27 kilomètres, reliant  l’exploitation, située en fond de la vallée, à l’océan. Il prend ensuite le contrôle de concessions sur la côte est, à Poro et à Kouaoua. Il bénéficie du soutien du gouverneur Paul Feillet qui décrit ainsi leur relation :

« La plus grande réussite minière de la Calédonie, l’ami qui m’est le plus reproché. Il a le malheur d’être juif, mais c’est le colon le plus entreprenant, le plus actif de toute la Colonie. […] Très probe. […] Plein d’initiative. […]. Très jalousé par sa réussite même. […] Un de mes principaux partisans. »

Après avoir perdu en 1898 une bataille judiciaire face à la société minière Le Nickel, il doit vendre la mine de Népoui à l’International Nickel Company. Il en reste cependant directeur jusqu’en janvier 1900. Il conserve  d’importantes concessions minières sur la côte Est, dont celle de Méré.

Continuer la lecture de « Lucien Bernheim, industriel. »

L’énergie solaire.

L’énergie solaire est la fraction de l’énergie électromagnétique provenant du Soleil, traversant l’atmosphère qui en absorbe une partie, et parvenant à la surface de la Terre.

L’énergie solaire est à l’origine du cycle de l’eau, du vent et de la photosynthèse réalisée par le règne végétal, dont dépend le règne animal via les chaînes alimentaires. Le Soleil est à l’origine de la plupart des énergies sur Terre, à l’exception de l’énergie nucléaire et de la géothermie profonde.

Les sources d’énergie issues indirectement de l’énergie solaire sont  notamment l’énergie hydraulique, dérivée de l’énergie cinétique de l’eau dont le cycle dépend de l’énergie thermique du Soleil ; l’énergie éolienne, provenant de l’énergie cinétique du vent, lui-même lié à l’échauffement et à l’évaporation de l’eau générés par le Soleil, la rotation de la Terre et la force de Coriolis ; l’énergie hydrolienne et l’énergie des vagues, liées aux  mouvements des océans et des cours d’eau ; le bois énergie et l’énergie de la biomasse ainsi que la géothermie de très basse température, provenant des couches superficielles du sol réchauffées par le Soleil. L’énergie solaire est ainsi l’une des principales formes d’énergies renouvelables. On peut ajouter, à des échelles de temps plus longues, les combustibles fossiles, provenant de matières organiques créées par photosynthèse (charbon, pétrole, gaz naturel…) auxquelles s’ajoute l’énergie biochimique de la matière organique vivante.

Continuer la lecture de « L’énergie solaire. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page