Joseph Kessel, romancier.

Joseph Kessel dit parfois « Jef », né le 15 janvier 1898 à Villa Clara (Entre Ríos, Argentine) et mort le 23 juillet 1979 à Avernes (Val-d’Oise), est un romancier français.

Engagé volontaire comme aviateur pendant la Première Guerre mondiale, il tire de cette expérience humaine son premier grand succès littéraire, L’Équipage, publié à 25 ans. Dès lors, son œuvre romanesque se nourrit de l’aventure humaine dans laquelle il s’immerge, à la recherche d’hommes exceptionnels. Après la guerre, il se consacre en parallèle au journalisme et à l’écriture romanesque. Il participe à la création de Gringoire, un  hebdomadaire politique et littéraire qui devient l’un des plus importants de l’entre-deux-guerres, et signe des grands reportages à succès pour Paris-Soir que dirige alors Pierre Lazareff. Il publie notamment Belle de jour, qui fait scandale et reste entouré d’une réputation sulfureuse jusqu’à son adaptation cinématographique en 1967 par Luis Bunuel, et Fortune carrée, roman inspiré d’un périple en Mer Rouge lors duquel il fait la rencontre d’Henry de Monfreid. Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, il est correspondant de guerre, puis rejoint la Résistance et rallie le général de Gaulle à Londres. Il y compose et coécrit avec son neveu Maurice Druon les paroles du Chant des partisans, qui devient l’hymne de la Résistance, et écrit L’Armée des ombres en hommage à ses combattants, puis finit la guerre comme capitaine dans l’aviation. Après la Libération, il retourne aux voyages – dont il tire de grands reportages et la matière de romans, dont celui qui est considéré comme son chef-d’œuvre romanesque, Les Cavaliers, ou encore Le Lion, qui rencontre un immense succès. Il se consacre aussi au devoir de mémoire et d’amitié en écrivant la biographie d’hommes comme le Dr Kersten, dans Les Mains du miracle, ou Jean Mermoz. Il est élu à l’Académie française en 1962.

Continuer la lecture de « Joseph Kessel, romancier. »

Sainte Dévote, patronne de Monaco.

Sainte Dévote (monégasque : Santa Devota ; corse : Santa Divota) est la sainte patronne de Monaco et de la Corse, vierge et martyre célébrée le 27 janvier par l’Église catholique.


Une jeune fille, Dévote (Divota), née en Corse vers la fin du IIIe siècle est chrétienne fervente. Un temps protégée par un notable romain de famille sénatoriale nommé Eutycius, elle est arrêtée puis exécutée à Aléria ou Mariana.

C’est le gouverneur de Sardaigne-Corse, Gabinius Barbarus Pompeianus , qui gère localement la Persécution de Dioclétien . Il en profite pour se débarrasser discrètement d’Eutycius et fait supplicier Dévote. Les faits se passent entre 303 et 312 après J.-C.

Sainte Dévote serait, selon la légende racontée dans un manuscrit médiéval du xie siècle (Passio Devotae, « Passion de sainte Dévote », Paris, BnF ms latin 5248), née en Corse où elle fut martyrisée sous Dioclétien. D’autres récits hagiographiques précisent qu’elle vit le jour en 283 à Quercio, lieu-dit situé sur la commune de Lucciana en Corse et aurait été martyrisée sur l’île en l’an 312. Suivant le récit du manuscrit ms latin 5248, la barque, qui devait transporter son corps vers l’Afrique, fut prise dans la tempête. Ayant été guidée par une colombe vers la rive européenne, elle aurait abordé sur le rivage de, ce qui s’appellera plus tard, Monaco, où existait un port d’escale à l’époque romaine.

Continuer la lecture de « Sainte Dévote, patronne de Monaco. »

Bloc “Type Paix, de Laurens”, le 3/11/2022.

Premier jour le Jeudi 3 novembre 2022 à Paris au 75e Salon Philatélique d’Automne Espace Champerret Hall A -Entrée gratuite
6 rue Jean Ostreicher – 75017 PARIS;

Vente générale le Lundi 7 novembre 2022

Valeur faciale : 24,00 € (3 x 5€ + 3 x 3€), tirage 40.000 exemplaires.

Voir le communiqué officiel de La Poste.

Continuer la lecture de « Bloc “Type Paix, de Laurens”, le 3/11/2022. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page