Le mimosa.

Il illumine de ses pompons d’or nos jardins endormis par l’hiver et offre un parfum aux accents de miel et vanille. L’espèce la plus connue chez nous est communément appelée « mimosa des fleuristes », ou acacia dealbata. Et devinez d’où nous vient cet arbuste à la chevelure d’un blond éclatant ? D’Australie !


Le mimosa est un arbre appartenant à la grande famille des Fabacées. Il en existe plus de 1200 espèces à travers le monde, aux coloris et aux formes variés. Souvent utilisés dans la confection de bouquets pour apporter leurs notes ensoleillées, les pompons dorés du mimosa apparaissent dès le mois de décembre. Très résistant lorsqu’il vit dans de bonnes conditions climatiques, le mimosa pousse vite (de 30 à 60 cm par an). Si vous plantez un mimosa dans votre jardin, attendez-vous à le voir mesurer de 3 à 10 m de hauteur et de 2 à 4 m d’étalement, avec une longévité en théorie de 50 ans !

Le mimosa c’est une collection de boules dorées qui attirent le regard, un parfum reconnaissable entre tous, une longue floraison en plein hiver et un feuillage décoratif toute l’année.

Le mimosa doit sa commercialisation à la technique du « forçage ». Ce procédé est exécuté dans une pièce close, en maintenant une température de 25°C et une hydrométrie de 85. Il permet l’éclosion de la fleur et sa conservation grâce à l’ajout d’une poudre spéciale appelée « Chrystal ».

Continuer la lecture de « Le mimosa. »

Les Apparitions mariales de Lourdes.

Les apparitions mariales de Lourdes ou les apparitions de Notre-Dame de Lourdes sont des apparitions de la Vierge Marie manifestées en 1858 à une jeune fille âgée de quatorze ans, Bernadette Soubirous. Celle-ci a déclaré qu’elle avait assisté à dix-huit apparitions d’une jeune fille se présentant comme étant l’Immaculée Conception.

Selon son récit, ces apparitions interviennent pendant six mois, dont douze apparitions en l’espace d’une quinzaine de jours. Les déclarations de la jeune fille suscitent de vives polémiques et font rapidement l’objet  d’enquêtes et de contre-enquêtes des autorités civiles. Le commissaire Jacomet, puis le procureur l’interrogent et la menacent de prison si elle maintient ses dires ou continue de se rendre à la grotte. Malgré les pressions, Bernadette reste constante dans ses déclarations et ne parvient pas à être mise en défaut. Une foule de plus en plus importante se rend à la grotte avec elle pour assister aux « apparitions » (même si Bernadette est la seule « à voir ») et assister à ses extases. Le jeudi 4 mars 1858, on dénombre environ 8 000 personnes déjà pressées devant la grotte lorsque Bernadette s’y rend à son tour. L’attitude « étrange » de la voyante (lorsqu’elle boit de l’eau boueuse et mange de l’herbe), et l’absence « d’un grand miracle » (non annoncé, mais attendu des foules) désappointe et déçoit un certain nombre de fidèles et de curieux. Néanmoins, les autorités civiles, pour essayer de calmer la ferveur populaire autour de la grotte de Massabielle, font barricader le site (le 7 juin) et en interdisent par la force l’accès aux fidèles. La dernière apparition du 16 juillet, pour Bernadette, se fera depuis l’autre rive du Gave, derrière les barrières.

Continuer la lecture de « Les Apparitions mariales de Lourdes. »

Albert Ier (Prince de Monaco).

Albert Ier, surnommé « le Prince savant » ou « le Prince navigateur », né le 13 novembre 1848 à Paris et mort le 26 juin 1922 dans la même ville, est prince souverain de la principauté de Monaco du 10 septembre 1889 jusqu’à sa mort. Ce prince aux multiples facettes, au cœur des sociabilités de la Belle époque, est une figure emblématique qui par son humanisme, son mécénat, son art de gouverner, sa curiosité scientifique et sa prise de conscience pionnière des enjeux environnementaux, a fortement contribué au  rayonnement de son pays.


Le 13 novembre 1848, naît à Paris, au 90 rue de l’Université (dans l’actuel 7e arrondissement), Albert Honoré Charles Grimaldi, fils du prince Charles III de Monaco et d’Antoinette-Ghislaine de Monaco, née comtesse de Mérode.

Le 15 ou le 16 juin 1854, sa mère achète le château de Marchais, en Picardie, à proximité de la Belgique, son pays natal. Le lieu est très important pour le jeune prince : le domaine est le petit paradis de son enfance où il peut satisfaire son goût pour l’exercice physique et sa curiosité pour la nature.

En 13 mai 1858, le jeune prince, âgé de 10 ans, pose symboliquement la première pierre du casino des Spélugues, à l’occasion de l’inauguration de l’Élysée-Alberti.

La formation du prince a d’abord été assurée par des précepteurs, notamment l’abbé Charles Theuret. Il étudie dans une institution à Auteuil puis au collège Stanislas de Paris. Après le décès de sa mère, la princesse Antoinette de Merode, il suit, de 1864 à 1865, les cours du petit séminaire de La Chapelle-Saint-Mesmin dirigé alors par Mgr Félix Dupanloup. En 1865, il commence sa formation d’officier de la Marine impériale française, à Lorient, puis il rentre dans la Marine royale espagnole, où il sert durant deux années à Cadix et aux Caraïbes ; il obtient le grade d’enseigne et de lieutenant de vaisseau. Deux ans plus tard, il prend part à la guerre franco-prussienne de 1870 comme lieutenant de vaisseau dans la marine de guerre française. Il est décoré de la Légion d’honneur.

Continuer la lecture de « Albert Ier (Prince de Monaco). »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.