Les orphelins de la guerre 1914-18.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Histoire
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :13 septembre 2022
  • Temps de lecture :7 min de lecture

La violence de la Première Guerre mondiale s’impose sur toute la société et n’épargne personne, même pas les enfants. En effet, la Première Guerre mondiale fait plus d’un million d’orphelins mais aussi des réfugiés par milliers.

En plus d’être victimes, ils sont également acteurs de ce conflit mondial. Surnommés ” Petits Combattants de L’Arrière”, ces jeunes enfants apportent leur contribution dans l’effort de guerre. Tout d’abord, ils peuvent aider à collecter de l’argent en participant aux actions de solidarité. Ils sont aussi très utiles dans les travaux des champs. Ils aident les adultes dans les commerces et les foyers. De plus, par manque d’effectif dans l’armée, dans certains pays belligérants, les adolescents de 16 à 18 ans sont mobilisés afin de pallier le manque de soldats.

Par ailleurs, les enfants sont à la fois des cibles et des instruments de la propagande à travers la presse, les affiches ou encore le matériel pédagogique et ludique. Cette propagande se généralise au cours de la guerre.


La Première Guerre mondiale a fait plus de 1,35 million de soldats morts et donc 986 000 orphelins. Ces orphelins subissent des conditions de vie difficiles. Les États n’ont pas prévu d’aides aux orphelins au début du conflit. Ce problème suscite une réaction du gouvernement. En France, à partir de juillet 1917, l’État instaure l’Office national des pupilles de la nation, un programme visant à encadrer les enfants de soldats morts pendant la guerre pour les loger, les nourrir et les scolariser jusqu’à leur majorité.

(suite…)

Continuer la lectureLes orphelins de la guerre 1914-18.

Oscar Roty, sculpteur et médailleur.

Louis Oscar Roty est un sculpteur et médailleur français, né à Paris le 12 juin 1846, où il est mort dans le 6e arrondissement le 23 mars 1911.

Il est surtout connu pour la figure de sa Semeuse, utilisée en France sur les pièces de monnaie et les timbres postaux.


Fils d’un modeste instituteur parisien, Oscar Roty naît à Belleville, en 1846, sous la monarchie de Juillet.

Il est l’élève d’Horace Lecoq de Boisbaudran à la petite École (future École des arts décoratifs) et celui d’Hubert Ponscarme à l’École des beaux-arts.

Concourant pour le grand prix de Rome en gravure de médaille et pierre fine, Oscar Roty obtient une mention en 1869, la deuxième place en 1872 et remporte le premier prix en 1875.

En 1878, il épouse Marie Boulanger, fille du ferronnier d’art Pierre François Marie Boulanger.

Il est surtout connu pour l’une de ses œuvres, dénommée La Semeuse. L’origine de celle-ci remonte à un projet de médaille de 1887, resté inabouti, qu’Oscar Roty reprend en 1896 pour répondre à une commande du ministère des Finances. Les premières pièces de monnaie de type Semeuse entrent en circulation en 1897. À partir de 1903, la Semeuse apparaît aussi sur les timbres postaux.

(suite…)

Continuer la lectureOscar Roty, sculpteur et médailleur.

Luc-Olivier Merson, peintre et illustrateur.

Nicolas Luc-Olivier Merson né à Paris le 21 mai 1846 et mort dans la même ville le 13 novembre 1920 est un peintre et illustrateur français.


Fils du peintre et critique d’art Charles-Olivier Merson (1822-1902) et de Félicie Joséphine Talbot, Luc-Olivier Merson étudie auprès de Gustave Adolphe Chassevent-Bacque à l’École de dessin puis auprès d’Isidore Pils à l’École des beaux-Arts de Paris. Il expose pour la première fois au Salon de 1866 et obtient le grand prix de Rome de peinture en 1869Note 1 avec Le Soldat de Marathon. Luc-Olivier Merson obtient une médaille de première classe au Salon des artistes français de 1875, et une médaille d’or lors de l’Exposition universelle de Paris de 1889.

En 1892, il est élu à l’Académie des beaux-arts. Peu avant sa mort, il reçoit la médaille d’honneur du Salon des artistes français pour l’ensemble de son œuvre.

De 1905 à 1911, il est chef d’atelier à l’École des beaux-arts de Paris.  Chevalier de la Légion d’honneur en 1881, puis promu officier en 1900, il est promu commandeur du même ordre à titre posthume en 1920.

(suite…)

Continuer la lectureLuc-Olivier Merson, peintre et illustrateur.