Les Îles Salomon (Océanie).

Les Îles Salomon (en anglais : Solomon Islands), parfois simplement appelées les Salomon, sont un État de Mélanésie situé à l’est-sud-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. C’est une monarchie constitutionnelle et parlementaire membre du Commonwealth.

Les îles qui composent ce pays se trouvent essentiellement en mer des Salomon et en mer de Corail. Il est constitué d’une douzaine d’îles principales et de près d’un millier d’îles plus petites situées à cheval sur deux archipels : l’archipel des îles Salomon pour la majorité du pays et les îles Santa Cruz pour la province de Temotu.

Cet État de Mélanésie conserve encore son nom colonial, contrairement au Vanuatu, voisin, qui s’appelait avant 1980 les Nouvelles-Hébrides.


Archipel de l’Océanie proche (c’est-à-dire des îles qui, pour la plupart, sont intervisibles, ce qui facilite la navigation entre elles), il est peuplé dès la première phase d’expansion de la culture océanienne Lapita, par des populations qualifiées sans doute à tort de mélanésiennes par Jules Dumont d’Urville en 1831 parce qu’elles sont d’étroites parentes de toutes les populations austronésiennes voisines, et dont rien, du point de vue linguistique et culturel, ne les distingue. Plus proches du foyer initial (situé dans les îles de l’Amirauté), elles sont sans doute parmi les plus fragmentées, surtout du point de vue linguistique. En revanche, aucune parenté étroite n’existe avec les Papous.

Continuer la lecture de « Les Îles Salomon (Océanie). »

L’île de Rarotonga.

Rarotonga est la plus grande des îles Cook avec près de 31 kilomètres de circonférence. D’origine volcanique, l’île culmine au pic Te Manga (653 mètres). Elle se situe à 198 km à l’ouest-nord-ouest de Mangaia, à 1 067 km à l’est-sud-est de Niue et à 1 133 km à l’ouest-sud-ouest de Tahiti.

L’île regroupe plus de la moitié de la population des îles Cook avec plus de 14 000 habitants. Ce chiffre semble se stabiliser alors que les autres iles continuent de voir leur population diminuer. Son économie repose en grande partie sur le tourisme et les transferts d’argent des émigrés vivant en Nouvelle-Zélande et en Australie. L’agriculture continue d’y jouer néanmoins un rôle localement prépondérant : taros, fruits exotiques, élevage porcin.

En dehors de l’anglais largement répandu pour s’adresser aux popa’a (les « blancs »), le maori reste la principale langue véhiculaire de l’île.

Avarua, capitale et ville la plus peuplée des îles Cook, se trouve sur Rarotonga.


L’archéologie et la tradition orale sont les meilleures sources concernant cette période. Néanmoins leur interprétation peut s’avérer complexe d’autant qu’à Rarotonga les versions sont multiples et bien souvent contradictoires, variant selon l’origine tribale des narrateurs originaux et les circonstances d’énonciation. Ces récits sont encore source de débats et de polémiques, étant liés à des problèmes fonciers toujours d’actualité.

Continuer la lecture de « L’île de Rarotonga. »

Fletcher Christian, marin.

Fletcher Christian (25 septembre 1764 – 20 septembre 1793) fut un membre de l’équipage du Bounty pendant son voyage dans le Pacifique, et le chef d’un groupe de mutins.


Christian naît le 25 septembre 1764 dans la maison familiale à Moorland Close, près de Cockermouth dans le comté de Cumberland en Angleterre. Il est l’avant-dernier enfant d’une famille de six enfants. Son père Charles meurt alors qu’il n’a pas encore quatre ans. Sa mère Ann s’endette  lourdement, ce qui pousse la famille à l’exil sur l’île de Man où les créanciers anglais n’ont aucun pouvoir. À 18 ans il s’engage sur le HMS Eurydice dans un voyage de vingt-et-un mois vers l’Inde. Le journal de bord montre que le comportement à bord de Christian est plus que satisfaisant car après quelques mois hors d’Angleterre il est promu au rang de Master’s mate, ce qui est l’équivalent aujourd’hui d’enseigne de vaisseau.

Continuer la lecture de « Fletcher Christian, marin. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.