Jeme Tien Yow, ingénieur ferroviaire.

Jeme Tien Yow (詹天佑, 26 avril 1861 – 24 avril 1919) est un ingénieur  ferroviaire chinois. Ayant fait ses études aux États-Unis, il est l’ingénieur en chef responsable de la construction de la ligne impériale Pékin-Kalgan (de Pékin à Zhangjiakou), la première voie ferrée construite en Chine sans assistance étrangère. Pour ses contributions à l’ingénierie ferroviaire chinoise, Jeme est encore aujourd’hui considéré comme le « Père du rail chinois ».


Jeme Tien Yow est né dans la préfecture de Nam-hoi (actuel district de Liwan à Guangzhou) au Guangdong. Sa famille est originaire du comté de Wuyuan dans la préfecture de Hui (qui est ensuite transférée dans la  province de l’Anhui mais est aujourd’hui située dans la province du Jiangxi). En 1872, alors âgé de 12 ans, il est choisi par des fonctionnaires des Qing pour être envoyé étudier aux États-Unis dans le cadre de la mission d’éducation chinoise. Membre d’un groupe de 30 enfants du même âge, il débarque au Connecticut. Après avoir suivi les cours d’une école primaire de New Haven, il entre dans un collège de la ville, puis est admis en 1878 à l’université Yale. Son domaine principal est l’ingénierie civile, avec un accent mis sur la construction ferroviaire, et il reçoit son diplôme en 1881. Il est considéré comme chanceux parce que quelques mois plus tard, le gouvernement des Qing décide de rappeler tous ses étudiants des États-Unis. Parmi ceux qui ont été envoyés, seul lui et un autre étudiant ont eu le temps de terminer leurs études.

Continuer la lecture de « Jeme Tien Yow, ingénieur ferroviaire. »

Heo Hwang-ok, reine de Corée.

Heo Hwang-ok est une reine coréenne, originaire de l’ancien royaume indien d’Ayodhya. Alors qu’elle n’était que princesse et demeurait encore dans son pays natal, elle vit en songe l’homme qu’il lui fallait épouser et demanda à ses parents la permission de partir à sa recherche. Ils acquiescèrent. La princesse embarqua dans un bateau et cingla vers le large. À l’intérieur du bateau, qui portait voile et pavillon rouges, étaient disposés des présents somptueux. S’y trouvait aussi une petite pagode, érigée par la princesse pour amadouer le dieu de l’océan. Au terme d’un long voyage, elle mit enfin pied sur le sol de Corée. Elle ôta son pantalon de soie et offrit une prière à l’esprit de la montagne. Puis, en l’an 49, elle épousa l’homme de son rêve, le roi Kim Suro, devenant ainsi la première reine du royaume de Kaya.

On peut voir aujourd’hui dans la ville de Gimhae une pagode de style rustique, appelée Chimpungtap ou Pagode-qui-apaise-le-vent, qui ne ressemble à aucune autre en Corée. Non loin de là se trouvent deux tombes que l’on dit être celle de la reine Heo Hwang-ok et celle du roi Suro. Dans la région de Gimhae, les familles qui portent le nom de Heo et de Kim font remonter leur ascendance au couple royal. Il est dit par ailleurs que Heo Hwang-ok avait apporté avec elle un plant de thé, recueilli lors d’une escale en Chine, et que ce plant serait à l’origine de la culture du thé en Corée, aussi florissante que celle du Japon.

Continuer la lecture de « Heo Hwang-ok, reine de Corée. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.