L’Intervention militaire chinoise au Tibet.

L’armée populaire de libération (APL) attaque l’armée tibétaine le 7 octobre 1950, livrant bataille à Chamdo dans la province du Xikang, anciennement Kham, dans l’Est du Tibet. Cet assaut marque le commencement de la campagne de la République populaire de Chine pour prendre le contrôle du territoire tibétain.

Cette opération militaire, opposant les 8 500 hommes de l’armée tibétaine à environ 40 000 militaires chinois, est appelée « bataille de Chamdo » par le gouvernement de la RPC (le terme chinois, 昌都战役, chāngdū zhànyì, « bataille de Chamdo », et « libération », désigne la reconquête par les communistes de la Chine semi-colonisée et n’a rien de spécifique au Tibet). Elle est appelée « invasion du Tibet » par le gouvernement tibétain en exil. L’accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet est signé en 1951 par des représentants du 14e dalaï-lama et le gouvernement de la RPC, affirmant la souveraineté chinoise sur le Tibet.

Selon le gouvernement tibétain en exil, le Tibet vaincu et sous la menace de l’envoi d’une armée sur Lhassa n’avait pas d’autre choix que de signer l’accord en 17 points en 1951, traité qui fut dénoncé par le dalaï-lama au dzong de Lhuntsé dès son arrivée en Inde en 1959.


Le Tibet prend une indépendance de fait à la révolution chinoise, après le soulèvement de Wuchang (1911).

En 1933, le parti nationaliste chinois au pouvoir depuis 1912, divise le Tibet en deux avec à l’Est la province du Xikang, après la guerre Tibet-Qinghai et la guerre sino-tibétaine.

Continuer la lecture de « L’Intervention militaire chinoise au Tibet. »

Zhu Xi, philosophe, calligraphe, historien et homme politique.

Zhu Xi  ; chinois :朱熹; 18 octobre 1130 – 23 avril 1200), anciennement romanisé Chu Hsi , était un calligraphe, historien, philosophe, poète et homme politique chinois sous la dynastie Song. Zhu a été influent dans le développement du néo-confucianisme . Il a grandement contribué à la philosophie chinoise et a fondamentalement remodelé la vision du monde chinoise. Ses travaux comprennent son édition et ses commentaires des Quatre Livres (qui formèrent plus tard le programme de l’ examen de la fonction publique dans la Chine impériale de 1313 à 1905), ses écrits sur le processus de “l’investigation des choses” ( chinois:格物; pinyin : géwù ), et son développement de la méditation comme méthode de culture de soi.

Il était un érudit avec une large connaissance des classiques, des  commentaires, des histoires et d’autres écrits de ses prédécesseurs. Au cours de sa vie, il a pu servir plusieurs fois en tant que fonctionnaire du gouvernement, bien qu’il ait évité la fonction publique pendant la majeure partie de sa vie d’adulte. Il a également écrit, compilé et édité près d’une centaine de livres et correspondu avec des dizaines d’autres érudits. Il a enseigné à des groupes d’étudiants, dont beaucoup ont choisi d’étudier avec lui pendant des années. Il s’est appuyé sur les enseignements des frères Cheng et d’autres; et ont développé leurs théories métaphysiques en ce qui concerne le principe ( lǐ理) et la force vitale ( qì氣). Ses disciples ont enregistré des milliers de ses conversations par écrit.

Continuer la lecture de « Zhu Xi, philosophe, calligraphe, historien et homme politique. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page