Rómulo Gallegos, romancier et homme d’état.

Rómulo Gallegos Freire (né à Caracas le 2 août 1884 et mort dans la même ville le 5 avril 1969) est un romancier et homme d’État vénézuélien, président de la République. Il est considéré comme le meilleur représentant de la littérature vénézuélienne du XXe siècle.


Issu de milieu modeste et orphelin de mère à l’âge de 11 ans, il commence sa carrière comme instituteur et journaliste à 19 ans. Il écrit son premier essai pour l’hebdomadaire El Arco Iris. En 1909, il participe à la création de la revue La Alborada dans laquelle il écrit d’autres essais. Ses activités  éducatives l’amènent en 1912 à la direction d’un collège de Barcelona, ville où il se marie avec Teotiste Arocha Egui (1888-1950).

C’est en 1913 qu’il publie son recueil de nouvelles Los Aventureros, mais c’est la publication de La Trepadora en 1925 qui révèle ses talents de romancier. Doña Bárbara (1929) est considéré comme son chef-d’œuvre, mais le conduit à l’exil en Espagne (Cantaclaro et Canaima y furent écrits), le livre ayant contrarié le dictateur Juan Vicente Gómez.

Continuer la lecture de « Rómulo Gallegos, romancier et homme d’état. »

Armando Reverón, peintre et sculpteur.

Armando Reverón (10 mai 1889 – 17 septembre 1954) était un peintre et sculpteur vénézuélien, précurseur de l’ Arte Povera et considéré comme l’un des plus importants du XXe siècle en Amérique latine. Alors que sa santé mentale s’est détériorée tout au long de sa vie, ses capacités artistiques sont restées. Sa maison sur la côte nord du Venezuela abritait le musée Reveron, bien qu’elle ait été gravement endommagée par les coulées de boue de Vargas en décembre 1999. Il fait l’objet de divers hommages dans différents médias et on se souvient de ses ” muñecas ” ou poupées.


Il a commencé ses études au Colegio de los Padres Salesianos à Caracas. Son grand-oncle maternel, Ricardo Montilla, qui avait étudié à New York, lui apprend le dessin naturel et éveille sa vocation artistique ; son intérêt pour la peinture se manifeste dès l’enfance. En 1896, il est transféré à Valence après l’échec du mariage de ses parents. Armando est renvoyé chez lui par la famille de Rodríguez-Zocca, qui s’est occupée de sa première éducation.

Sous la garde de la famille de Rodríguez-Zocca, Reverón a établi une relation étroite avec Josefina, la fille du couple, et en est venu à l’apprécier comme sa propre sœur. Les murs de la maison figuraient parmi les premières peintures de Reverón, où il tenta de représenter la servante de la famille, Juanita Carrizales. Rodríguez-Zocca a décrit le tempérament de Reverón comme “triste, en colère et mélancolique”. À l’âge de 12 ans, il a souffert du typhus, qui, selon beaucoup, l’a affecté psychiquement pour le reste de sa vie.

Continuer la lecture de « Armando Reverón, peintre et sculpteur. »

Cristobal Rojas, peintre.

Cristóbal Rojas (15 décembre 1857 – 8 novembre 1890) était l’un des peintres vénézuéliens les plus importants et les plus en vue du XIXe siècle. Les styles de Rojas ont considérablement varié tout au long de sa vie et il a fait preuve de talents en peinture allant principalement de l’effet  dramatique aux œuvres réalisées dans le style impressionniste.


Cristóbal Rojas Poleo est né dans la ville de Cúa dans les Valles del Tuy de parents qui travaillaient dans la profession médicale. Une partie de son enfance s’est produite au milieu de la guerre fédérale (1859–1863) et Cúa a été particulièrement affecté par les événements de la guerre. Il a commencé des études avec son grand-père, José Luis Rojas, qui lui a appris à dessiner et l’a motivé à s’améliorer. À 13 ans, son père est décédé et il a été contraint de commencer à travailler dans une usine de tabac à Cúa pour aider à subvenir aux besoins de sa famille. En 1878, un tremblement de terre a dévasté la région de Valles del Tuy et les Rojas ont fait face à la pauvreté. En conséquence, il a déménagé à Caracasoù il a poursuivi ses études de peinture, bien qu’il ait à nouveau dû travailler dans l’industrie du tabac pour subvenir aux besoins de sa mère et de sa famille.

Continuer la lecture de « Cristobal Rojas, peintre. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.