Carlos Castillo Armas, militaire et homme d’état.

Carlos Castillo Armas, né le 4 novembre 1914 à Santa Lucía Cotzumalguapa (Guatemala) et mort le 26 juillet 1957 à Guatemala, est un militaire et homme d’État guatémaltèque, président de la République du Guatemala de 1954 à 1957, année de son assassinat.

Son régime autoritaire mis en place par les États-Unis était étroitement lié à ces derniers.


Castillo Armas fait ses études militaires à l’académie militaire du  Guatemala, il devient un protégé du colonel Francisco Javier Arana. Castillo Armas et Arana sont alors des opposants au gouvernement de Juan José Arévalo ; après le coup d’État manqué d’Arana en 1949, Castillo Armas s’exile au Honduras.

L’opération PBSUCCESS organisée par la CIA le place à la tête d’une petite armée de rebelles qui lance son offensive contre le gouvernement de Jacobo Arbenz Guzman le 18 juin 1954. Mais l’échec des rebelles est rapide : trop lents et non soutenus par la population, ils sont mis en déroute. Seulement, la peur d’une intervention directe des États-Unis, conduit à la démission du président Arbenz le 27 juin.

Continuer la lecture de « Carlos Castillo Armas, militaire et homme d’état. »

Le calendrier Maya.

Le calendrier maya était la version maya du calendrier mésoaméricain, composé de différents systèmes calendaires évoluant de manière  concomitante. Il se composait d’un calendrier sacré, Tzolk’in (ou Bucxok), cyclique sur 260 jours, d’un calendrier solaire, Haab, cyclique sur 365 jours, et du compte long qui faisait le lien entre les deux précédents calendriers.


La vie des Mayas était structurée par deux calendriers. Le premier est le tzolk’in, « année » non numérotée de 260 jours (ou kin), à caractère divinatoire et religieux ; ce calendrier est composé de vingt jours combinés à treize nombres (sans doute les 13 divinités diurnes). Le deuxième est le haab, « année vague » non numérotée de 365 jours, à caractère civil. Ce calendrier comporte dix-huit mois (uinal) de vingt jours chacun, plus cinq jours additionnels nommés uayeb (way + haab = lit de l’année). Ces deux calendriers se synchronisent toutes les 52 années solaires (18 980 jours).

Continuer la lecture de « Le calendrier Maya. »

José Joaquín Palma, écrivain.

José Joaquin Palma (11 septembre 1844 – 2 août 1911) était un écrivain cubain qui était l’auteur des paroles de l’hymne national guatémaltèque.


Il était le fils de Pedro Palma y Aguilera et de Dolores Lasso de la Vega et est allé à l’école “San José” de Bayamo sous la direction de José María Izaguirre qu’il retrouvera plus tard au Guatemala. Il écrit de la poésie depuis sa  jeunesse et est considéré comme un important poète cubain.

Il rejoint les révolutionnaires de la guerre de dix ans à Cuba (1868-1878) et sert brièvement de recruteur pour les forces révolutionnaires et d’aide à Carlos Manuel de Céspedes, le chef de l’insurrection. Lorsque Bayamo était sur le point de tomber aux mains des forces espagnoles, il a mis le feu à sa propre maison dans l’incendie de la ville déclenché par les habitants.

Il s’est rendu en Jamaïque , à New York et au Guatemala pour tenter  d’obtenir un soutien à l’insurrection cubaine. Au Guatemala, il rencontre le Hondurien Marco Aurelio Soto et son cousin Ramón Rosa qui, en 1876, avec l’aide du président guatémaltèque Justo Rufino Barrios, deviennent respectivement président et Premier ministre du Honduras. Il est allé au Honduras en tant que secrétaire privé du président Soto en 1876 et a quitté ce comté et est retourné au Guatemala lorsque Soto a démissionné en tant que président, forcé par son ancien allié, Justo Rufino Barrios.

Continuer la lecture de « José Joaquín Palma, écrivain. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page