Pavol Országh Hviezdoslav, poète.

Pavol Országh Hviezdoslav est un poète slovaque, né le 2 février 1849 à Vyšný Kubín et mort le 8 novembre 1921 à Dolný Kubín. P. O. Hviezdoslav, dramaturge et traducteur, est l’un des personnages les plus connus dans la culture slovaque et plus précisément de la littérature slovaque dans les dernières années du XIXe siècle.


Sa création littéraire s’orientait vers la lyrique – la lyrique réflexive et naturelle, mais aussi et surtout vers la poésie écrite en vers. Dans le domaine du drame P. O. Hviezdoslav a essayé de combiner le vers avec la phrase prosaïque. Il occupait une poste active vers la réalité nationale. Sa relation vers la réalité se réalise par son effort d’unifier les moments personnels et communs à l’aide de la confrontation d’une expérience et de l’idéal. La lyrique est la clef vers l’interprétation idéale de tout l’œuvre de Hviezdoslav et elle est toujours présente dans chaque étape de sa création littéraire ? Le symbole persistant de la lyrique de Hviezdoslav est l’écartement des motifs intimes et des motifs familiaux vis-à-vis des problèmes nationaux et mondiaux en restant dans le domaine des relations sociales à l’intérieur de sa propre nation.

Continuer la lecture de « Pavol Országh Hviezdoslav, poète. »

Le château de Prague (Tchéquie).

Le château de Prague (en tchèque : Pražský hrad) est le château fort où les rois de Bohême, les empereurs du Saint-Empire romain germanique, les présidents de la République tchécoslovaque, puis de la Tchéquie, siègent ou ont siégé. Les joyaux de la couronne de Bohême y sont conservés. Le Livre Guinness des records l’a classé comme étant le plus grand château ancien du monde1 ; il a en effet une emprise au sol de 570 mètres de long sur 130 de large.

Situé sur la colline de Hradčany et dominant la Vieille Ville de Prague et Malá Strana, cet ensemble monumental émerge d’une couronne de jardins et de toits et déploie sa longue façade horizontale d’où jaillissent les tours de la cathédrale Saint-Guy et de la basilique Saint-Georges.


Le château de Prague occupe un oppidum, colline naturellement fortifiée dont les défenses naturelles sont renforcées par la présence humaine, habité dès le néolithique. Des fouilles archéologiques ont révélé la présence d’un habitat de la culture de la céramique cordée et de l’âge du cuivre. En tout état de cause, il a fallu attendre jusqu’aux années 1980 pour infirmer la croyance selon laquelle l’église Notre-Dame, fondée peu après 885 par Bořivoj, marquait la première trace tangible de l’homme sur ce lieu naturellement fortifié. Cette croyance, ce mythe dira-t-on, n’est pas neutre puisqu’elle soutiendrait la prééminence temporelle des Tchèques (peuple slave) au château, symbole du pouvoir, qui domine, de sa masse imposante, la capitale, Prague et par suite toute la Bohême, niant par conséquent, une possible antérieure présence franque (donc allemande) sur les lieux. Rappelons que l’une des premières sources historiques concernant les Tchèques mentionnent qu’ils se choisirent pour roi un Franc, Samo.

Continuer la lecture de « Le château de Prague (Tchéquie). »

Ladislav Guderna, peintre surréaliste.

Ladislav Guderna (* 1er juin 1921 , Nitra – † 6 octobre 1999 , Vancouver ) était un peintre surréaliste slovaque.


Il a passé son enfance à Nitra, où il a également fréquenté la State Real Grammar School. En 1933 , la famille Gudern s’installe à Bratislava. Ladislav a commencé à étudier à la Business Academy. Parallèlement, il suit des cours du soir de dessin à l’École des Arts et Métiers, où il est dirigé par le professeur Ľudovít Fulla (1902 – 1980). Il complète également une formation artistique auprès de Maximilian Schurmann (1890 – 1960). À partir de 1938, il étudie au Département de dessin et de peinture SVŠT dans l’atelier du professeur Ján Mudroch (1909 – 1968). Il a été expulsé de l’école quatre ans plus tard, prétendument pour manque de discipline, mais en fait pour des opinions politiques. En 1944, il est diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Belgrade. Déjà à vingt ans, il publie l’ouvrage théorique Shape in Painting. Dès le début de son œuvre, il collabore avec des poètes surréalistes sous forme d’illustrations de leurs recueils de poésie et anthologies.

Continuer la lecture de « Ladislav Guderna, peintre surréaliste. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.