Numa Droz, homme politique.

Numa Droz, né le 27 janvier 1844 à La Chaux-de-Fonds (originaire du même lieu et du Locle) et mort à Berne le 13 décembre 1899, est une personnalité politique suisse, membre du Parti radical-démocratique (PRD).

Graveur et instituteur, il est conseiller fédéral de 1876 à 1892. Élu à 31 ans, il est aujourd’hui encore le plus jeune conseiller fédéral que la Suisse a connu depuis 1848. Il est le promoteur d’une réforme du Conseil fédéral instituant un véritable département des affaires étrangères, alors que jusque-là ce poste était occupé chaque année par un membre différent du collège  gouvernemental.


Fils d’Eugène Droz, horloger, et de Louise-Elise Benguerel-dit-Perroud, Numa Droz vit une enfance relativement difficile. Son père meurt alors qu’il n’a que 6 ans et sa mère assure dès lors seule la conduite familiale. Numa Droz effectue en 1858-1859 un apprentissage de graveur en horlogerie dans l’entreprise Grandjean-Perrenoud-Comtesse de La Chaux-de-Fonds.

S’imaginant missionnaire, Numa Droz est répétiteur et surveillant à l’école-asile de Grandchamp à Boudry dès 1859. Il y apprend les langues et y forge sa foi et ses convictions. Il y rencontre également Félix Bovet, qui deviendra par la suite son confident. Sa demande est toutefois refusée par le Comité des missions. Il retourne donc à son métier de graveur.

Continuer la lecture de « Numa Droz, homme politique. »

Niklaus Riggenbach, ingénieur.

Niklaus Riggenbach, né le 21 mai 1817 à Guebwiller, France, mort le 25 juillet 1899 à Olten, Suisse est un ingénieur en chemin de fer.


Après l’école primaire et la mort de son père, Niklaus Riggenbach retourne avec sa mère et les sept autres enfants à Bâle où il fréquente le lycée. À l’âge de 16 ans, il entreprend un apprentissage de commerce dans uns usine de rubans. En 1836, il trouve une première activité professionnelle à Lyon puis une autre à Paris en 1837. Le soir, il étudie les mathématiques et la physique. Avec l’ouverture de la ligne de chemin de fer Paris – Saint-Germain en 1839, il trouve sa vocation de constructeur de locomotives.

En juin 1840, il s’installe à Karlsruhe (Allemagne) et travaille pour la fabrique de Emil Kessler. Devenu directeur général, il participe à la construction des premières locomotives à vapeur pour l’Allemagne et de celles destinées à la première ligne suisse de chemin de fer Zurich-Baden, construite par la compagnie de chemin de fer du Nord (Schweizerischen Nordbahn), également nommée Spanisch-Brötli.

Continuer la lecture de « Niklaus Riggenbach, ingénieur. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.