L’émeraude.

L’émeraude est un minéral, du groupe des silicates, sous-groupe des cyclosilicates, variété de béryl, dont la couleur verte provient de traces de chrome, de vanadium et parfois de fer. L’émeraude est, avec le diamant, le saphir et le rubis, l’un des quatre gemmes qualifiés de pierres précieuses.


Le mot émeraude proviendrait du grec σμάραγδος, déformation du mot perse zamarat qui veut dire « cœur de pierre ». Comme pour d’autres métaux et pierres précieuses, mythes et légendes se mêlent à la réalité historique lorsqu’on parle d’émeraude. On en évoque déjà la présence à Babylone, au IIe millénaire av. J.‑C., où elle servait de monnaie  d’échange. À la période antique de l’Égypte, près de la mer Rouge, se trouvaient des mines d’émeraude, dont on a fabriqué des bijoux pour les grands de l’empire. Ces mines de Djebel Zabarah, redécouvertes en 1816 par l’explorateur français Frédéric Cailliaud, ont été abusivement surnommées mines de Cléopâtre. Elles étaient déjà épuisées, mais elles ne contenaient probablement que des gemmes de piètre qualité.

Continuer la lecture de « L’émeraude. »

Kipras Petrauskas, ténor d’opéra.

Kipras Petrauskas (23 novembre 1885 sous le nom de Ciprijonas Petrauskas – 17 janvier 1968) était un ténor d’opéra lituanien (créé autour de 80 rôles), professeur et membre de l’Association des artistes lituaniens. La fondation nationale de l’opéra lui est associée. Il était marié à Elena Žalinkevičaitė-Petrauskienė. En 1942, on lui a demandé de cacher une petite fille juive, Dana Pomeranz, ce que lui et sa femme ont accepté de faire. Pour mieux cacher la fille, lui et sa femme ont quitté la ville, se déplaçant d’abord dans un village lituanien, puis en Autriche, puis en Allemagne. En 1947, ils revinrent en Lituanie, trouvèrent les parents de Dana et la leur rendirent.

En 1999, Petrauskas et sa femme ont été reconnus par Yad Vashem comme deux des Justes parmi les Nations.

Kipras Petrauskas réalise ses premiers enregistrements pour Vox (Berlin 1922), puis Odeon (1926 et 1928) et enfin Columbia (Vilnius, vers 1933).


Kipras Petrauskas est né en 1885. 23 novembre j. À Ceikiniai . Mère – Juozapota Rastenytė-Petrauskienė d’ Antagave , père Jonas Petrauskas (participant au soulèvement de 1863 , jouait de l’orgue à Palūšė ). Le frère aîné Mikas Petrauskas  est un compositeur célèbre.

K. Petrauskas a acquis ses premières connaissances musicales de son père, plus tard son frère Mikas lui a appris à connaître les coqs et à jouer du piano. À l’âge de neuf ans, il a joué dans un orchestre organisé par son frère aîné, et a ensuite dirigé l’orchestre lui-même. Avec Miku , il s’installe à Obelius, où il étudie l’orgue, chante dans la chorale de l’église et fréquente l’école primaire. De 1900 à 1904, il joue de l’orgue à

Continuer la lecture de « Kipras Petrauskas, ténor d’opéra. »

Ville de Samarcande (Ouzbékistan).

Samarcande ou parfois Samarkand (en ouzbek : Samarqand, en tadjik : Самарқанд, en russe : Самарканд, en persan : سمرقند, en turc : Semerkand), d’une population de 400 000 habitants, est une ville d’Ouzbékistan, capitale de la province de Samarcande. Riche en monuments historiques, Samarcande a été proclamée en 2001 par l’UNESCO carrefour de cultures et site du patrimoine mondial. Depuis 2009, la ville de Samarcande a subi de nombreux réaménagements urbains : un mur sépare aujourd’hui les quartiers populaires des grands monuments de la ville et des quartiers centenaires comme celui d’Iskandarov (proche du Gur Amir) ont été détruits ; leurs habitants ont été relogés de force en périphérie de la ville.


Avec Boukhara, Samarcande fait partie des plus anciennes villes habitées d’Asie centrale. Installée sur la Route de la soie, entre la Chine et la Méditerranée, elle en a été l’une des plus grandes cités. Lors de ces différentes occupations, Samarcande a abrité des communautés religieuses diverses et est devenue le foyer de plusieurs religions telles que le bouddhisme, le zoroastrisme, l’hindouisme, le manichéisme, le judaïsme, l’Église de l’Orient et l’islam.

Continuer la lecture de « Ville de Samarcande (Ouzbékistan). »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.