Ivan Krylov, écrivain et fabuliste.

Ivan Andreïevitch Krylov (en russe : Иван Андреевич Крылов), né le 2 février 1769 (13 février 1769 dans le calendrier grégorien) à Moscou et mort le 9 novembre 1844 (21 novembre 1844 dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg, est un écrivain et fabuliste russe.

Après avoir débuté par des drames et des comédies satiriques, il publie, en 1809, un premier recueil de fables. Celui-ci sera suivi de plusieurs autres recueils, qui vaudront à leur auteur une immense popularité. Les fables de Krylov empruntent souvent leur sujet à celles d’Ésope et de Jean de La Fontaine.


Le père d’Ivan Krylov, Andreï Prokhorovitch Krylov (1736-1778), était un soldat, puis officier du rang d’un régiment de dragons qui se distingua en 1772 à Yaïtsk (aujourd’hui Oural, et qui prit le nom d’Ouralsk de 1775 à 1991) contre les révoltés de Pougatchev. Il devint ensuite substitut à la  magistrature de Perm, où il mourut, laissant une veuve avec deux jeunes enfants. Le jeune Krylov fut très tôt attiré par la bibliothèque paternelle et apprit le français. Il fut d’abord éduqué à la maison et enregistré comme petit fonctionnaire au tribunal, mais ce poste était largement nominal, puisqu’il était mineur. Sa mère tenta avec lui de recouvrer une pension d’orphelin en 1782 à Saint-Pétersbourg, mais finalement il se fit accepter comme fonctionnaire de la cour des comptes, poste dont il démissionna en 1788, à la mort de sa mère.

Continuer la lecture de « Ivan Krylov, écrivain et fabuliste. »

Alexandre Griboïedov, auteur dramatique, compositeur et diplomate.

Alexandre Sergueïevitch Griboïedov (en russe : Александр Сергеевич Грибоедов), né à Moscou le 4 janvier 1794 (15 janvier 1794 dans le calendrier grégorien) et mort à Téhéran le 30 janvier 1829 (11 février 1829 dans le calendrier grégorien), est un auteur dramatique, compositeur et diplomate russe.


Fils d’une famille de petite noblesse, Alexandre Griboïedov étudie à l’université de Moscou de 1810 à 1812. Il obtient ensuite un brevet dans un régiment de hussards, mais se retire en 1816.

Cette même année, il est initié à la confrérie maçonnique pétersbourgeoise Les Amis Réunis fondée par le général-major Alexandre Jerebtsov.

Continuer la lecture de « Alexandre Griboïedov, auteur dramatique, compositeur et diplomate. »

Le Komsomol.

Komsomol (en russe : комсомол) est le nom courant de l’organisation de la jeunesse communiste du Parti communiste de l’Union soviétique, fondée en 1918 et disparue en 1991, après la dislocation de l’URSS.


Le nom officiel de l’organisation est « Union des jeunesses léninistes communistes » (en russe : Всесоюзный ленинский коммунистический союз молодёжи, Vsessoïouzny leninski kommounistitseski soïouz molodioji, VLKSM). Le nom « Komsomol » est un mot-valise constitué de Kommounistitcheski soïouz molodioji (Коммунистический союз молодёжи). Après les pionniers soviétiques, les enfants y entraient à l’âge de 15 ans et pouvaient y rester jusqu’à leurs 28 ans.

La structure de l’organisation était calquée sur celle du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS), dont elle constituait la principale source de recrutement1. Ainsi, le pourcentage de candidats à l’adhésion au parti et qui étaient issus du Komsomol était de 40 % en 1966 et 73 % pour la période 1976-1980.

Continuer la lecture de « Le Komsomol. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page