Tomé de Sousa, militaire et homme politique.

Tomé de Sousa (en orthographe archaïque Thomé de Souza) (né en 1503 à Rates (freguesia de Sousa (Felgueiras) — mort en 1579) fut un important militaire et homme politique portugais. Apparenté à la maison royale, d’une famille établie dans la cosmopolite Lisbonne de l’époque. Le fidalgo portugais laissa derrière lui amis, sécurité et confort pour s’aventurer sur une terre sauvage et inconnue où beaucoup déjà ont perdu la vie, victimes d’étranges maladies et, plus rarement, des indigènes.

Sa mission : fonder une ville fortifiée dans la région de Bahia, afin d’assurer la domination portugaise sur tout le littoral brésilien alors menacé par des trafiquants français et espagnols ; mais aussi apporter l’appui militaire nécessaire aux provinces données par le roi aux colons, les capitanias hereditárias, contre les invasions et attaques indiennes.

Le 7 janvier 1549, Tomé de Sousa est nommé gouverneur général de la province de Bahia et de toutes les autres grâce à ses liens de parenté avec Martim Afonso de Sousa, ami d’enfance du roi Jean III de Portugal. Accompagné des premiers missionnaires jésuites au Brésil, il part du Portugal le 2 février 1549. Ils arrivent au Brésil le 27 mars de la même année et fondent la ville de Salvador. Elle fut construite et inaugurée le jour de la Toussaint.

Continuer la lecture de « Tomé de Sousa, militaire et homme politique. »

Le béryl.

Le béryl est une espèce minérale du groupe des silicates, sous-groupe des cyclosilicates, de formule Be3Al2Si6O18, avec des traces de Fe, Mn, Mg, Ca, Cr, Na, Li, K, Rb, Cs, O, H et OH. Certains cristaux peuvent atteindre 18 m et peser 180 t.


Son nom vient du latin beryllus, lui-même du grec βήρυλλος (bếrullos), « cristal de la couleur de l’eau de mer ». Il est cité pour la première fois par Pline dans son Histoire naturelle en 77 apr. J.-C. Il est également cité dans l’Apocalypse de Jean : « Les pierres fondamentales du mur de la ville sont ornées de toutes sortes de pierres précieuses [et] la huitième base est du béryl. »

Le béryl est facilement reconnu par sa morphologie hexagonale et ses faces prismatiques. En fait, la morphologie du béryl consiste en des prismes {1010} et {1120}, terminés par le pinacoïde {0001}, et de très nombreuses bipyramides {1011} et {1122}. Les cristaux sont allongés suivant l’axe z. D’éclat vitreux et mat, le béryl présente plusieurs couleurs variées. Soumis à un rayonnement ultraviolet, il est fluorescent et luminescent. Il peut être transparent ou opaque. Son trait est blanc, sa fracture conchoïdale.

Continuer la lecture de « Le béryl. »

Les vins de Porto.

Le porto est un vin muté portugais, produit uniquement dans la région du Haut Douro, à cent kilomètres en amont de la ville éponyme, entre Peso da Régua et la frontière espagnole. Le mot porto est un onomastisme, puisqu’il provient du nom de la ville de même nom. La basse vallée du fleuve, au voisinage de Porto, n’est pas le domaine du vin de ce nom mais celui du vinho verde, le climat local ne permettant pas au raisin d’atteindre ici sa pleine maturité.

La vigne est essentiellement exploitée par de petits producteurs, possédant chacun une petite parcelle, appelée quinta.


Le vin est produit dans la vallée du Douro depuis l’Antiquité mais ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’apparaît l’appellation « vin de Porto ».

Il connut à cette époque un grand succès en Angleterre. À la suite d’un embargo proclamé par le premier ministre de Louis XIV, Colbert, envers le roi d’Angleterre, les Anglais se trouvent privés de leur vin favori qu’est le « clairet » de Bordeaux, et découvrent au Portugal des vins de qualité similaire. Avec le traité de Methuen (1703), traité de coopération militaire, diplomatique et économique, ils obtiennent le privilège de fonder au Portugal des maisons de négoce en échange de la baisse des taxes sur le vin de Porto. Mais il reste cher et en concurrence avec les vins français. De plus, il supporte mal le voyage. On avait déjà l’habitude d’y ajouter de l’eau-de-vie pour qu’il supporte le transport. C’est alors qu’un marchand anglais, Jean Beardsley, a l’idée d’en augmenter le degré en ajoutant de l’eau-de-vie de vin pure. C’est la naissance du produit sous sa forme actuelle, très vite apprécié en Europe.

Continuer la lecture de « Les vins de Porto. »