Jan Kochanowski, humaniste, poète et philosophe.

Jan Kochanowski, né le 6 juin 1530 à Sycyna et mort le 22 août 1584 à Lublin, est un humaniste, poète et philosophe polonais de la Renaissance, considéré comme le père fondateur de la poésie polonaise. Il a apporté une contribution majeure à la codification de la langue polonaise contemporaine.


Né dans le fief de la famille à Sycyna près de Radom, Jan Kochanowski appartient à la petite noblesse de propriétaires terriens. Fils de Piotr Kochanowski, avocat et juge de Sandomierz et d’Anna Białaczowska, il a onze frères et sœurs. Kochanowski s’instruit à l’Université de Cracovie, à l’Université de Königsberg et à l’Université de Padoue. Pendant ses études, il acquiert une parfaite connaissance du grec et du latin (la moitié de son œuvre est écrite dans cette langue). Il développe également une certaine distance par rapport au fait religieux. Il partage, d’ailleurs, ce caractéristique avec ses compatriotes. La Pologne du XVIe siècle est connue pour sa très grande tolérance religieuse, scellée par la loi promulguée lors de la confédération de Varsovie de 1573.

Continuer la lecture de « Jan Kochanowski, humaniste, poète et philosophe. »

Wojciech Bogusławski, acteur, dramaturge et directeur de théâtre.

Wojciech Romuald Bogusławski (né à Glinno le 9 avril 1757 mort à Varsovie le 23 juillet 1829) est un acteur, dramaturge et directeur de théâtre polonais, considéré comme le père du théâtre polonais.


Wojciech Bogusławski est directeur du Théâtre national (Teatr Narodowy) qui, fondée en 1765, est la première scène nationale polonaise et l’une des plus anciennes en Europe.

Bogusławski la dirige durant les périodes 1783-1785, 1790-1794 et 1799-1814 et traduit pour ses acteurs les pièces françaises, anglaises, allemandes, italiennes et espagnoles. Il introduit aussi sur la scène polonaise la musique italienne et traduit plusieurs opéras.

Continuer la lecture de « Wojciech Bogusławski, acteur, dramaturge et directeur de théâtre. »

Richard Trevithick, inventeur.

Richard Trevithick (Camborne 13 avril 1771 – Dartford 22 avril 1833) est un inventeur britannique foisonnant du début du XIXe siècle, à qui l’on doit la machine à vapeur à haute pression et le premier train tracté par une locomotive. À l’aube de la révolution industrielle, il avait compris les multiples applications possibles des machines à vapeur et les changements considérables qu’elles allaient apporter. Il eut en revanche peu de succès pour faire émerger de ses prototypes des solutions opérationnelles viables et mourut dans la pauvreté.


Ingénieur des mines, comme son père, il est né à Camborne dans la région minière des Cornouailles (Grande-Bretagne). Il a pour voisin William Murdoch, le pionnier des wagons à vapeur. Ses expériences sur la vapeur comme moyen de propulsion d’un véhicule sur route sont source d’inspiration pour Trevithick. Il prend une part active dans les efforts locaux de briser le monopole instauré par James Watt et sa machine à vapeur par la conception d’une nouvelle génération de machines. C’est ainsi qu’il met au point, entre 1797 et 1799, une machine à vapeur haute pression en supprimant le condenseur, avec échappement dans l’atmosphère, ce qui augmente la puissance et la rend plus économique que celle de Watt mais aussi le risque d’explosion. Ces machines deviennent plus compactes et plus simples. Portatives, elles peuvent être installées sur des bateaux, dans des fermes pour battre le blé, dans des moulins ou de petites fabriques. Continuer la lecture de « Richard Trevithick, inventeur. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.