Christiaan Eijkman, médecin et professeur de physiologie.

Christiaan Eijkman (11 août 1858 – 5 novembre 1930) était un médecin néerlandais et professeur de physiologie dont la démonstration que le béribéri est causée par une mauvaise alimentation qui a conduit à la découverte des vitamines antinévrites ( thiamine ). Avec Sir Frederick Hopkins , il a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1929 pour la découverte des vitamines.


Christiaan Eijkman est né le 11 août 1858 à Nijkerk , aux Pays-Bas, en tant que septième enfant de Christiaan Eijkman, directeur d’une école locale, et de Johanna Alida Pool. Son frère aîné Johann Frederik Eijkman (1851-1915) était également chimiste.

Un an plus tard, en 1859, la famille Eijkman déménagea à Zaandam , où son père fut nommé directeur d’une école nouvellement fondée pour l’enseignement primaire supérieur. C’est ici que Christiaan et ses frères ont reçu leur première éducation. En 1875, après avoir passé ses examens préliminaires, Eijkman est devenu étudiant à l’École de médecine militaire de l’ Université d’Amsterdam , où il a été formé comme médecin militaire pour l’armée des Indes néerlandaises, passant tous ses examens avec les honneurs.

Continuer la lecture de « Christiaan Eijkman, médecin et professeur de physiologie. »

Willem Einthoven, médecin, physiologiste et physicien.

Willem Einthoven (21 mai 1860 à Semarang, ville située à peu près au centre de la côte nord de l’île de Java, alors Indes orientales néerlandaises et aujourd’hui partie intégrante de l’Indonésie – 29 septembre 1927 à Leyde (Leiden en néerlandais), Pays-Bas) est un médecin, physiologiste et physicien néerlandais, prix Nobel de physiologie ou médecine de 1924 et dont le nom reste historiquement lié à la mise au point de l’électrocardiographe et à la naissance de la cardiologie moderne.


Il nait en Indonésie. Il y vit avec son père Jacob Einthoven qui est médecin militaire et officier de santé publique puis médecin de la paroisse de Semarang, avec sa mère Louise Marie Mathilde Caroline de Vogel qui est la fille d’un haut responsable des finances pour les Indes néerlandaises et avec ses frères et sœurs, une fratrie de trois garçons et trois filles, dont il est le troisième enfant et l’ainé des garçons. La généalogie familiale laisse penser que trois autres enfants sont morts en bas âge. Lorsque son père meurt en 1866, il n’a que six ans. Quatre ans plus tard, sa mère décide de retourner avec ses six enfants à Utrecht aux Pays-Bas.

Continuer la lecture de « Willem Einthoven, médecin, physiologiste et physicien. »

Johannes Diderik van der Waals, physicien.

Johannes Diderik van der Waals (23 novembre 1837 à Leyde, Pays-Bas – 8 mars 1923 à Amsterdam) est un physicien néerlandais. Ses travaux sur la continuité des états fluides, notamment de l’état liquide et gazeux, lui ont permis de découvrir les forces de cohésion à courtes distances, dites forces de van der Waals, et d’exprimer la compressibilité des gaz à diverses températures, en particulier par l’équation d’état de van der Waals. Il est lauréat du prix Nobel de physique de 1910 « pour ses travaux sur l’équation d’état des gaz et des liquides ».


Il est le fils de Jacobus van der Waals et d’Elisabeth van den Burg.

Johanne van der Waals est à vingt ans d’abord instituteur. Il parvient par un effort solitaire à être admis en tant que professeur de petit collège à Deventer en 1863. Mais le jeune professeur dans l’enseignement moyen est aussi un étudiant puisqu’il assiste avec assiduité de 1862 à 1865 aux cours de l’université de Leyde pendant son temps libre. C’est sur la recommandation d’un professeur qu’il a pu obtenir d’abord un poste d’auxiliaire de façon à le libérer de l’enseignement primaire. L’étudiant tardif et persévérant obtient ses certificats  d’enseignement dans les mathématiques et la physique. Il peut alors enseigner en 1866 la physique à Deventer et à La Haye, Pays-Bas. Désormais l’étudiant ambitieux en physique ne peut plus rien obtenir de l’université et se consacre bénévolement à la recherche.

Continuer la lecture de « Johannes Diderik van der Waals, physicien. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.