Martinus Nijhoff, poète, dramaturge, traducteur et essayiste.

Martinus Nijhoff (La Haye, 20 avril 1894 – La Haye, 26 janvier 1953) est un poète, dramaturge, traducteur et essayiste néerlandais.


Martinus Nijhoff est né à La Haye en 1894 ; il était le fils de l’éditeur Wouter Nijhoff et de Johanna Alida Seijn. Son grand-père, dénommé lui aussi Martinus Nijhoff, fut le fondateur de la maison d’édition Nijhoff à La Haye et il fut un des créateurs du quotidien libéral Het Vaderland. Martinus Nijhoff (le petit-fils) a étudié le droit à Amsterdam, puis les lettres à l’université d’Utrecht. En 1914 et 1915, il a été rédacteur de la revue estudiantine Propria Cures. De 1926 jusqu’après la deuxième guerre mondiale, il a fait partie à plusieurs reprises de la rédaction du magazine De Gids. Il a également travaillé pendant longtemps comme critique au Nieuwe Rotterdamsche Courant et un court moment dans des éditions familiales.

Il a vécu deux fois en couple, officiellement jusqu’en 1950 avec la femme écrivain Netty Wind qui publiait sous le nom de A.H. Nijhoff, puis après le décès prématuré de cette dernière, avec l’actrice Georgette Hagedoorn. De 1933 environ jusqu’en 1947, il a eu avec Josine van Dam van Isselt une longue liaison qui a été très importante, en particulier pour ses activités de traducteur.

Ses débuts en tant que poète ont eu lieu en 1916, lorsqu’est paru De wandelaar. En 1924, il a publié Hij Vormen. En des vers romantiques, il a exprimé ses sentiments de peur, sa solitude et sa nostalgie de l’enfant sauvage. Il l’a fait en général dans un néerlandais facile.

Continuer la lecture de « Martinus Nijhoff, poète, dramaturge, traducteur et essayiste. »

Jan van Riebeeck, administrateur.

Jan Anthoniszoon van Riebeeck (Culemborg, 21 avril 1619 – Batavia, 18 janvier 1677) a établi pour la Compagnie néerlandaise des Indes orientales la première implantation européenne en Afrique du Sud, proche du cap de Bonne-Espérance. Devenue la colonie du Cap en 1691, ses frontières n’ont cessé de s’agrandir jusqu’à devenir la plus grande province d’Afrique du Sud.


Né à Culemborg aux Pays-Bas, Jan van Riebeeck a grandi à Schiedam.

À partir de 1639, Jan van Riebeeck travailla pour la Compagnie des Indes orientales. Il commença ainsi sa carrière d’administrateur en poste à Batavia en Insulinde puis visita le Japon.

Son poste le plus important fut celui de chef du comptoir commercial de Tonkin, dans le futur Viêt Nam. Il fut cependant rappelé de ce poste pour avoir mené des affaires à profit personnel.

Continuer la lecture de « Jan van Riebeeck, administrateur. »

Michiel de Ruyter, amiral.

Michiel Adriaenszoon de Ruyter, né le 24 mars 1607 à Flessingue (Zélande) et mort le 29 avril 1676 à Syracuse, est un amiral néerlandais du XVIIe siècle. Il est l’amiral le plus célèbre de l’histoire de la marine néerlandaise.

Ruyter a combattu pendant les trois premières guerres anglo- néerlandaises et a remporté plusieurs victoires. De plus, il a été actif dans divers conflits sur la mer Baltique et contre les pirates de la mer Méditerranée, alternativement au service de son pays ou d’armateurs privés. Gravement blessé pendant la bataille d’Agosta, le 22 avril 1676, il expire à terre quelques jours plus tard.


Michiel de Ruyter est né à Flessingue. Il est le fils d’Adriaen Michielszoon et d’Aagje Jansdochter. Il est devenu marin à l’âge de 11 ans en 1618 et il combat lors du siège de Berg-op-Zoom en 1622. Il rejoint ensuite la flotte marchande et travaille comme agent d’une compagnie marchande à Dublin entre 1623 et 1631. Il se marie en 1631 avec Maayke Velders, la fille d’un fermier, mais son épouse meurt quelques mois plus tard en donnant naissance à une fille, qui meurt elle aussi trois semaines plus tard. Entre 1633 et 1635, il participe comme officier à des expéditions de chasse à la baleine. En 1636, il épouse en secondes noces, Neeltje Engels, la fille d’un riche bourgeois.

Continuer la lecture de « Michiel de Ruyter, amiral. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.