Otto Gerhard Heldring, prédicateur et philanthrope.

Ottho Gerhard Heldring (17 mai 1804 – 11 juillet 1876) était un prédicateur et philanthrope néerlandais qui croyait à la justification par la foi mais aussi au travail social. Il a été l’un des premiers dirigeants du mouvement de tempérance néerlandais. Il est connu pour avoir créé des maisons et des écoles pour les prostituées souhaitant commencer une nouvelle vie et pour les filles et les jeunes femmes vulnérables.


Ottho Gerhard Heldring est né le 17 mai 1804 à Zevenaar , troisième fils du révérend Ottho Gerhard Heldring (1762-1841) et de Louisa Geertruida Janssen (1764-1840). Heldring a grandi dans un environnement familial piétiste . Il se rend à Utrecht pour étudier la théologie à l’âge de seize ans, mais est profondément perturbé par la théologie humaniste et rationaliste à laquelle il est exposé et abandonne ses études après une crise spirituelle. Il travailla quelque temps la terre, puis à la demande de son père devint pasteur. Il a été admis à cette profession par le Hemmenmunicipalité et confirmé le 25 mars 1827. Il occupera ce poste pour le reste de sa vie. A Noël 1827, il fait l’expérience d’une révélation intérieure. Il s’est totalement abandonné au Christ, et en même temps s’est consacré à aider les pauvres.

Continuer la lecture de « Otto Gerhard Heldring, prédicateur et philanthrope. »

Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde, militaire, homme d’état, poète, polémiste et théologien.

Philippe de Marnix, baron de Sainte-Aldegonde, né en 1538 ou en 1540 à Bruxelles et mort le 15 décembre 1598 à Leyde, est à la fois homme d’État, militaire, poète, polémiste, théologien et pédagogue.

Il écrivait en trois langues : le néerlandais, le latin et le français.


Philippe de Marnix, futur Sainte-Aldegonde, né à Bruxelles pendant le règne de l’empereur Charles Quint, est issu d’une famille noble de Savoie et de Franche-Comté. Il étudie vraisemblablement le droit à Louvain, Paris, Dole et Padoue et sous Jean Calvin et Théodore de Bèze la théologie à Genève. Il est probablement de retour aux Pays-Bas du sud en 1561.

L’histoire de Philippe de Marnix est intimement liée avec celle de Calvin. Dès 1565, en tant que calviniste convaincu, il s’engage, à la suite du prince d’Orange dans la révolte des gueux contre le pouvoir centralisateur de Philippe II, roi d’Espagne et des Pays-Bas, qui a succédé à son père Charles Quint. Philippe II s’efforce de restreindre les libertés des vieilles chartes remontant aux ducs de Brabant et aux ducs de Bourgogne dont Charles Quint et son fils Philippe II descendent directement. Philippe de Marnix rejoint le Compromis des Nobles proclamé à Bruxelles qui aboutit à celui de Bréda, dont il devient un des premiers auteurs. La revendication de la liberté de conscience s’oppose aux thèses de l’Inquisition : le Compromis est donc rejeté par la gouvernante des Pays-Bas, Marguerite de Parme qui siège à Bruxelles.

Continuer la lecture de « Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde, militaire, homme d’état, poète, polémiste et théologien. »

Antoni van Leeuwenhoek, savant et commerçant.

Antoni van Leeuwenhoek, né le 24 octobre 1632 à Delft et mort le 26 août 1723 dans la même ville, est un commerçant et savant néerlandais, connu pour ses améliorations du microscope et comme l’un des précurseurs de la biologie cellulaire et de la microbiologie. Il a de facto poursuivi l’œuvre de Jan Swammerdam, qui vivait à Amsterdam.

Leeuwenhoek développe la technique pour fabriquer des lentilles de microscope d’une qualité et d’une puissance inconnues ailleurs dans le monde scientifique de son époque. Dès 1674, il en tire de nombreuses et étonnantes observations — découverte des protozoaires, des  spermatozoïdes — très en avance sur son temps. Il affirme aussi l’existence des bactéries.

Continuer la lecture de « Antoni van Leeuwenhoek, savant et commerçant. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.