Giuseppe Di Vittorio, homme politique et syndicaliste.

Giuseppe Di Vittorio (né le 11 août 1892 à Cerignola, dans la province de Foggia, dans la région des Pouilles et mort le 3 novembre 1957 (à 65 ans) à Lecco) était un homme politique, antifasciste et syndicaliste italien. Contrairement à la majorité des syndicalistes du XXe siècle issus de la classe ouvrière, Di Vittorio vient de la classe paysanne.


Giuseppe Di Vittorio est fils d’ouvrier agricole, la classe sociale la plus nombreuse en ces temps dans les Pouilles, et est autodidacte. Dès son adolescence, il mène une intense activité politique et syndicale et à 15 ans il participe au Cercle des jeunesse socialistes de Cerignola. En 1911 il dirige la Camera del lavoro (bourse du travail) de Minervino Murge.

En 1912, Di Vittorio entre dans l’Unione Sindacale Italiana. Selon les dires de Randolfo Pacciardi, démentis par Di Vittorio dans une interview à Felice Chilanti, il était interventionniste en 1914. En 1915, il est appelé à servir dans l’infanterie comme bersaglier, et est gravement blessé. Il est ensuite envoyé à Bardia en Libye et rentre en Italie en 1919.

Continuer la lecture de « Giuseppe Di Vittorio, homme politique et syndicaliste. »

Luigi Tenco, chanteur et musicien.

Luigi Tenco, né à Cassine le 21 mars 1938 et mort à Sanremo le 27 janvier 1967 (à l’âge de 28 ans), est un chanteur, musicien (piano, guitare et saxophone) et compositeur italien.

Son suicide, qui a eu lieu à Sanremo alors qu’il participait au festival de la chanson italienne, a longtemps été entouré de mystère.


Tenco n’a pas connu son père, Giuseppe, qui mourut avant sa naissance dans des circonstances obscures. Certains affirment que Giuseppe n’était pas son vrai père et qu’il aurait été le fruit d’une relation extraconjugale de sa mère, Teresa Zoccola.

Il passe sa première enfance entre Cassine et Ricaldone, d’où est originaire sa mère. En 1948, la famille se déplace vers la Ligurie, d’abord à Nervi et ensuite à Gênes, où sa mère ouvre un commerce de vins (le magasin  “Enos”) dans le quartier de la Foce. Il fréquente, avec d’assez bons résultats, d’abord le lycée classique puis le lycée scientifique.

En 1953, il crée un groupe musical, le Jerry Roll Boys Jazz band (composé de Danilo Dègipo à la batterie, Bruno Lauzi au banjo, Alfred Gerard à la guitare et lui-même à la clarinette). Puis le groupe I Diavoli del Rock est constitué avec Roy Grassi et Gino Paoli.

Continuer la lecture de « Luigi Tenco, chanteur et musicien. »

Teresio Olivelli, résistant.

Teresio Olivelli (né à Bellagio le 7 janvier 1916, tué au camp de Hersbruck le 17 janvier 1945) est un laïc italien, opposant chrétien au nazisme. Il est reconnu martyr et proclamé bienheureux par l’Église catholique.


Teresio Olivelli est né le 7 janvier 1916, à Bellagio, en Italie1. Il s’engage dans la vie paroissiale et caritative.

Il adhère à dix-huit ans à l’Action catholique italienne, et effectue des études de droit à Pavie, en Lombardie, de 1934 à 1938. Il est connu pour sa foi chrétienne, d’une charité active.

Il devient en 1939 professeur adjoint de droit à l’université de Turin. En 1940, il est nommé secrétaire de l’Institut national de la culture, à Rome, qui est une institution de l’État fasciste.

Teresio Olivelli continue à s’occuper des démunis et des laissés-pour-compte, parmi lesquels il y a de jeunes soldats engagés en Russie. Officier, il se porte volontaire pour les accompagner et partager leur quotidien.

Continuer la lecture de « Teresio Olivelli, résistant. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.