Jean de Werth, mercenaire.

Le comte Jean de Werth (ou Jean de Weert, en flamand Jan van Werth, en allemand Johann von Werth), né en 1595, à Büttgen dans le duché de Juliers, et mort en Bohême le 16 janvier 1652, bâtard de Horn, seigneur de Nedwert et de Wesem, est l’un des plus célèbres mercenaires du XVIIe siècle.


Très jeune, Jean de Werth quitta la maison pour suivre la carrière de soldat dans la cavalerie wallonne au service de l’Espagne. En 1622, à la prise de Juliers, il fut promu au rang de lieutenant. Il servit comme colonel de cavalerie dans l’armée bavaroise en 1630. Il obtint le commandement d’un régiment en 1632 et fonda très vite sa réputation de chef de cavalerie. Après la mort d’Aldringen, il lui succéda dans le commandement des troupes bavaroises. Il se fit remarquer lors de la bataille de Nördlingen, au point que l’empereur fit de lui un guide de l’Empire, et que l’électeur de Bavière lui donna le rang de Feldmarschall-Leutnant.

Continuer la lecture de « Jean de Werth, mercenaire. »

Friedrich Spee von Langenfeld, prêtre jésuite, poète et compositeur religieux.

Friedrich Spee von Langenfeld, né le 25 février 1591 à Kaiserswerth (Allemagne), et mort le 7 août 1635 à Trèves, Rhin-Palatinat (Allemagne), est un prêtre jésuite allemand, poète et compositeur religieux. Il est surtout connu pour avoir stigmatisé les procès iniques livrés contre de prétendues sorcières.


Spee fait ses humanités au collège des trois couronnes de Cologne, mais son père, craignant l’influence jésuite (son fils parlant de se porter volontaire pour les missions étrangères) l’en retire avant la fin du cycle des humanités.

Continuer la lecture de « Friedrich Spee von Langenfeld, prêtre jésuite, poète et compositeur religieux. »

Bertha von Suttner, pacifiste.

Bertha Sophie Felicitas comtesse Kinský von Wchinitz und Tettau, baronne von Suttner, née le 9 juin 1843 à Prague, morte le 21 juin 1914 à Vienne, fut une pacifiste autrichienne radicale, lauréate en 1905 du prix Nobel de la paix. Issue de la haute aristocratie austro-hongroise, elle reçut de son milieu social une éducation assez cosmopolite et apprit dès son plus jeune âge à parler plusieurs langues. Elle a été vice-présidente du Bureau international de la paix de sa création en 1892 à sa mort en 1914.

Continuer la lecture de « Bertha von Suttner, pacifiste. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.