Christian Johann Heinrich Heine, écrivain.

Christian Johann Heinrich Heine, né le 13 décembre 1797 à Düsseldorf, Duché de Berg, sous le nom de Harry Heine et mort le 17 février 1856 à Paris (8e arrondissement) sous le nom de Henri Heine, est un écrivain allemand du XIXe siècle.

Heine est considéré comme le « dernier poète du romantisme » et, tout à la fois, comme celui qui en vint à bout. Il éleva le langage courant au rang de langage poétique, la rubrique culturelle et le récit de voyage au rang de genre artistique et conféra à la littérature allemande une élégante légèreté jusqu’alors inconnue. Peu d’œuvres de poètes de langue allemande ont été aussi souvent traduites et mises en musique que les siennes. Journaliste critique et politiquement engagé, essayiste, satiriste et polémiste, Heine fut aussi admiré que redouté. Ses origines juives ainsi que ses choix politiques lui valurent hostilité et ostracisme. Ce rôle de marginal marqua sa vie, ses écrits et l’histoire mouvementée de la réception de son œuvre.

Continuer la lecture de « Christian Johann Heinrich Heine, écrivain. »

Florence Nightingale, pionnière des soins infirmiers modernes.

Florence Nightingale, née le 12 mai 1820 à Florence, morte le 13 août 1910 à Londres, est une infirmière britannique, pionnière des soins infirmiers modernes et de l’utilisation des statistiques dans le domaine de la santé.


Florence Nightingale est issue d’une famille riche de la haute société britannique. Son père, William Edward Shore (1794-1875), hérite en 1815 de son oncle maternel, Peter Nightingale : il reçoit son domaine de Lea Hurst dans le Derbyshire, mais aussi le nom et les armes de Nightingale. La mère de Florence est Frances Fanny Smith (1789-1880), fille de l’abolitionniste William Smith.

Continuer la lecture de « Florence Nightingale, pionnière des soins infirmiers modernes. »

Adolph Kolping, prêtre catholique.

Adolph Kolping (né le 8 décembre 1813 à Kerpen près de Cologne ; mort le 4 décembre 1865 à Cologne) était un prêtre catholique allemand.


Kolping fut élevé par son père berger. À 18 ans il vint à Cologne en tant qu’apprenti cordonnier. Il fut choqué de constater les conditions de vie de beaucoup de gens et décida alors de devenir prêtre. À 23 ans il fut reçu au lycée et étudia ensuite la théologie à Munich, Bonn et Cologne.

Le 13 avril 1845 il fut ordonné prêtre dans l’église « Minoriten » de Cologne. Il travailla d’abord à Elberfeld (faisant maintenant partie de Wuppertal) comme aumônier et professeur de religion.

Continuer la lecture de « Adolph Kolping, prêtre catholique. »