Johann Heinrich Pestalozzi, pédagogue éducateur et penseur.

Johann Heinrich Pestalozzi, né le 12 janvier 1746 à Zurich et mort à Brugg le 17 février 1827, était un pédagogue éducateur et penseur suisse, pionnier de la pédagogie moderne. Il est connu pour avoir cherché à appliquer les principes de l’Émile de Rousseau, ensemble de théories novatrices sur l’éducation et la pédagogie publié en 1762. Pestalozzi influença le philosophe Fichte, qui voulut intégrer la pédagogie à la philosophie transcendantale de la liberté. Il fut proclamé citoyen français par l’Assemblée législative le 26 août 1792.


Influencé par les idées de Jean-Jacques Rousseau, il voue sa vie à l’éducation des enfants pauvres. En 1798, la Bataille de Stockach a laissé derrière elle de multiples orphelins. C’est pour cette raison que Johann Heinrich Pestalozzi a été appelé afin de former un orphelinat. Par la suite, il va chercher à éduquer et former tous les enfants qui sont en sa présence, même s’ils refusent au départ cette éducation. Il pense une école à laquelle les parents devront envoyer leurs enfants, dispensant des premiers apprentissages et mettant en œuvre une pédagogie active, en lien avec les

besoins environnants des enfants et la profession à laquelle ils sont promis. Les diverses écoles qu’il fonde — notamment à Stans, Berthoud et Yverdon-les-Bains — servent de modèles dans toute l’Europe. Ses méthodes d’éducation, concrètes et directes, fondées sur le développement progressif de toutes les facultés, sont exposées dans ses ouvrages, dont le roman humanitaire Léonard et Gertrude (1781-1787) et l’essai Comment Gertrude instruit ses enfants (1801). En 1782 il est affilié aux Illuminés de Bavière sous le nom d’Alfred.

Continuer la lecture de « Johann Heinrich Pestalozzi, pédagogue éducateur et penseur. »

Elsa Brändström, infirmière et philanthrope.

Elsa Brändström (26 mars 1888 – 4 mars 1948) était une infirmière et philanthrope suédoise . Elle était connue comme “l’Ange de Sibérie” ( allemand : Engel von Sibirien ).


Elsa Brändström est née à Saint-Pétersbourg , en Russie. Elle était la fille de l’attaché militaire de l’ambassade de Suède, Edvard Brändström (1850-1921) et de son épouse Anna Wilhelmina Eschelsson (1855-1913). En 1891, alors qu’Elsa avait trois ans, Edvard Brändström et sa famille retournèrent en Suède. En 1906, Brändström, maintenant général , devint ambassadeur de Suède à la cour du tsar Nicolas II et retourna à Saint-Pétersbourg.

Elsa a passé son enfance à Linköping en Suède. De 1906 à 1908, elle a étudié au Anna Sandström Teachers Training College ( Anna Sandströms högre lärarinneseminarium ) à Stockholm mais est revenue à Saint-Pétersbourg en 1908. Sa mère est décédée en 1913. Elsa était à Saint-Pétersbourg au début de la Première Guerre mondiale et s’est porté volontaire pour un poste d’infirmière dans l’ armée impériale russe.

Continuer la lecture de « Elsa Brändström, infirmière et philanthrope. »

Friedrich von Bodelschwingh, père, pasteur protestant et théologien.

Friedrich von Bodelschwingh, père (* 6 mars 1831 à Tecklembourg; † 2 avril 1910 à Bielefeld-Bethel) était pasteur protestant et théologien en Empire allemand. Il travaillait dans la Mission Intérieure (Innere Mission).


Friedrich von Bodelschwingh est issu d’une famille noble de Westphalie. Son père Ernst von Bodelschwingh fut ministre des Finances de Prusse. Grâce aux contacts de sa famille avec les Hohenzollern, Friedrich von Bodelschwingh fut dans son enfance un compagnon de jeu du futur empereur Frédéric III. Il resta monarchiste toute sa vie.

Friedrich von Bodelschwingh avait d’abord voulu être mineur, mais suivit finalement une formation supérieure en agriculture. Devenu intendant d’une exploitation moderne à Gramenz, en Poméranie orientale prussienne (Hinterpommern), il y fut confronté au dénuement des paysans sans terre.

Continuer la lecture de « Friedrich von Bodelschwingh, père, pasteur protestant et théologien. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page