Donna Summer, chanteuse.

De Boston à la gloire internationale, Donna Summer, née LaDonna Adrian Gaines le 31 décembre 1948, est devenue l’unique et incontestable « reine du disco ». Élevée dans la tradition gospel, elle tente sa chance en Allemagne, à Munich, dans la comédie musicale Hair. C’est là qu’elle rencontre le compositeur et producteur Giorgio qui va la lancer dans les discothèques à coups d’hymnes sensuels voire explicitement sexuels, tels « Love to Love You Baby » et « I Feel Love ». Sacrée diva du disco, elle règne de sa voix cristalline sur les hit-parades du monde, entier entre 1975 et 1980. Durant cette période, elle inscrit onze titres dans le Top 10 du Billboard, dont les numéros un « MacArthur Park », « Hot Stuff », « Bad Girls » et « No More Tears (Enough Is Enough) » (ce dernier en duo avec Barbra Streisand). Avec d’autres équipes de producteurs, compositeurs et sous un autre label, Donna Summer teinte son style de rock dans les albums The Wanderer (1980) et She Works Hard for the Money (1983), derniers signes de fortune avant un lent déclin jusqu’aux dernières productions, Another Place and Time (1989) et Crayons (2008). Elle décède d’un cancer le 17 mai 2012, à l’âge de 63 ans, avant une intronisation au Rock and Roll Hall of Fame l’année suivante.


Continuer la lecture de « Donna Summer, chanteuse. »

Gerty Theresa Cori, biochimiste.

Gerty Theresa Cori (née le 15 août 1896 à Prague – décédée le 26 octobre 1957 à Saint-Louis, Missouri, États-Unis), née Radnitz, est une biochimiste américaine d’origine austro-hongroise. Elle est la troisième femme — et la première Américaine — à avoir reçu un prix Nobel de science après Marie Curie et Irène Joliot-Curie, et la première femme à recevoir le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1947, honneur qu’elle partage avec son époux Carl Ferdinand Cori.


Née dans une famille de confession juive, elle est l’aînée des trois filles d’Otto Radnitz, un chimiste et de Martha Radnitz. Elle est instruite par une précepteur à domicile jusqu’à l’âge de 10 ans, année où elle intègre un lycée pour filles. À 16 ans, elle décide de devenir médecin et veut s’inscrire à l’Université Charles de Prague mais elle n’a pas le niveau nécessaire en mathématiques, latin et chimie. Elle passe alors les deux années suivantes à rattraper son retard et est enfin admise en 1914 à l’âge de dix-huit ans.

Continuer la lecture de « Gerty Theresa Cori, biochimiste. »