Gnassingbé Eyadema, militaire et homme d’état.

Étienne Eyadéma Gnassingbé, dit Gnassingbé Eyadéma, né le 26 décembre 1935 à Pya (Togo) et mort le 5 février 2005, à bord de l’avion présidentiel qui l’évacuait pour des soins vers la France. Militaire et homme d’État togolais, il a occupé durant 38 ans, de 1967 à sa mort, le poste de président de la République et était considéré par plusieurs ONG et médias comme un dictateur. Depuis 1999, avec le décès du roi Hassan II du Maroc, il était le doyen des chefs d’État en Afrique.


Issu d’une modeste famille paysanne protestante, Étienne Eyadéma (ses deux prénoms, sous lesquels il se fera appeler jusqu’en 1974, avant finalement d’escamoter le prénom chrétien) Gnassingbé (son nom de famille) serait né le 26 décembre 1935 à Pya, dans le nord du Togo, de Gnassinbgé et de N’Danida (connue plus tard comme Maman N’Danida, née en 1878, d’après l’historiographie officielle).

Continuer la lecture de « Gnassingbé Eyadema, militaire et homme d’état. »

Utagawa Hiroshige, dessinateur, graveur et peintre.

Utagawa Hiroshige né en 1797 à Edo, mort le 12 octobre 1858 à Edo) est un dessinateur, graveur et peintre japonais. Il se distingue par des séries d’estampes sur le mont Fuji et sur Edo (actuel Tōkyō), dessinant de façon évocatrice les paysages et l’atmosphère de la ville, en reprenant les instants de la vie quotidienne de la ville avant sa transformation à l’ère Meiji (1868-1912).

Auteur prolifique, actif entre 1818 et 1858, il crée une œuvre constituée de plus de 5 400 estampes.

Il est avec Hokusai, avec qui on le compare souvent — pour les opposer — l’un des derniers très grands noms de l’ukiyo-e et, en particulier, de l’estampe de paysage, qu’il aura menée à un sommet inégalé avant le déclin de la xylographie au Japon.

Continuer la lecture de « Utagawa Hiroshige, dessinateur, graveur et peintre. »

La restitution de Hong Kong à la Chine.

La rétrocession de Hong Kong à la Chine a eu lieu le 1er juillet 1997, à la fin du bail de 99 ans relatif aux « nouveaux territoires » établi entre l’Empire du Grand Qing et l’Empire britannique à la suite de la défaite de l’Empire Qing dans la guerre sino-japonaise (1894-1895).

Selon deux autres traités inégaux antérieurs : le premier (Traité de Nankin) signé à la fin de la première guerre de l’opium (1839-1842) et le second (Convention de Pékin) signé à la fin de la seconde guerre de l’opium (1856 – 1860), l’île de Hong Kong et la presqu’île de Kowloon, avaient été cédées à perpétuité au Royaume-Uni, et auraient théoriquement pu rester britanniques.

Continuer la lecture de « La restitution de Hong Kong à la Chine. »