Jean Raoux, peintre.

Jean Raoux, né le 10 juin 1677 à Montpellier et mort le 10 février 1734 à Paris, est un peintre français.


Natif de Montpellier, Jean Raoux s’est formé auprès d’Antoine Ranc. Même si sa carrière fut ensuite essentiellement italienne et parisienne, ses premières œuvres ont été peintes en Languedoc pour des établissements religieux.

Raoux obtient le prix de Rome en 1704 pour sa peinture David tue Goliath d’un coup de fronde, et part comme pensionnaire du roi à Rome pendant trois ans. Il parcourt l’Italie et réalise notamment des fresques religieuses pour le dôme de Padoue. Il travailla également à Venise, où il décora le palais Giustinian situé sur le Grand Canal. Durant son périple, Raoux rencontre celui qui deviendra son protecteur, Philippe de Vendôme, grand prieur de l’ordre de Malte. De retour à Paris en 1711, ce dernier loge l’artiste et lui adresse de nombreuses commandes. Bien qu’ayant été reçu, en 1717, à l’Académie royale en tant que peintre d’histoire, titre le plus honorifique sur un tableau intitulé la Fable de Pygmalion comme morceau de réception, l’artiste se révèle être un grand portraitiste et peintre de scènes de genre.

Continuer la lecture de « Jean Raoux, peintre. »

L’échasse blanche.

Grand limicole facilement identifiable, l’Echasse blanche possède un plumage noir et blanc, de longues pattes rouges et un bec fin, droit et noir.
Les ailes et le haut du dos sont noirs brillants avec des reflets verts, notamment chez le mâle. Des marques noires ou grises, plus ou moins variables sont visibles sur la tête et l’arrière du cou. Un collier blanc contraste avec le dos et la nuque noirs. Les parties inférieures sont blanches. La tête présente une face blanche, alors que le sommet de la calotte est noir, les yeux sont rouges.

En vol, le gris très pâle de la queue remonte en pointe sur le dos et contraste avec les ailes noires et pointues de l’oiseau. Les longues pattes rouges dépassent nettement du corps. Le vol est dynamique, direct avec des battements amples et rapides.

Le dimorphisme sexuel existe sans être trop marqué. Les mâles sont légèrement plus grands et les femelles présentent des colorations plus brunâtres sur les parties supérieures.

Continuer la lecture de « L’échasse blanche. »

La spatule blanche.

L’identification de la Spatule blanche est aisée, malgré le caractère farouche de cette espèce. Posée à distance, le plumage blanc dominant et surtout le bec caractéristique en forme de cuillère excluent toute confusion avec d’autres grands échassiers européens. Observée de plus près, on distingue chez l’adulte en plumage nuptial une huppe assez fournie à la nuque, une collerette orangée à la base du cou et une gorge jaune orangé. Les pattes sont noires. Le bec noir, sillonné de cannelures transversales, se termine par une tache jaune au niveau de l’extrémité élargie. La huppe et la tache du cou disparaissent au cours de la mue qui intervient en août-septembre.

Les jeunes, blancs et sans huppe, se distinguent par la bordure noire du bout des rémiges primaires qui n’est pas toujours visibles de loin. Le bec est rose et lisse. L’iris brun, alors qu’il est rouge chez l’adulte, la peau nue de la gorge rose et les pattes gris ardoisé sont également des signes distinctifs.

Continuer la lecture de « La spatule blanche. »