Le figuier de barbarie.

Le Figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica) est une espèce de plante de la famille des Cactaceae, originaire du Mexique, qui s’est naturalisée dans d’autres continents, notamment le bassin méditerranéen et en Afrique du Sud et Afrique du Nord. Il s’agit d’une des deux espèces produisant le fruit comestible appelé figue de Barbarie.

Cette espèce appartient à la sous-famille des Opuntioideae, tribu des Opuntieae.

Noms vernaculaires : figuier d’Inde, nopal.


Le nom figuier de Barbarie trouve son origine dans le nom donné depuis le Moyen Âge aux côtes du Maghreb, où le figuier s’est particulièrement bien implanté. Il est aussi connu sous son nom nahuatl de nopal. En Afrique du Nord, le fruit porte le nom de karmouss nssara, qui signifie « la figue des Chrétiens », ou simplement karmous ou akaṛmus. Lhendi, est aussi un nom répandu en Afrique du Nord signifiant « [la figue] indienne ».

Continuer la lecture de « Le figuier de barbarie. »

Les gazelles.

Les gazelles sont des mammifères, de la famille des bovidés, principalement de la sous-famille des antilopinés, vivant dans les steppes d’Afrique et d’Asie. Le nom gazelle, féminin, est issu du mot persan ghazâl, qui signifie « élégante et rapide ».

Les gazelles sont des petites antilopes élancées, agiles et très rapides à la course. Certaines gazelles peuvent atteindre une vitesse de plus de 100 km/h sur une distance de plusieurs centaines de mètres ou courir à une vitesse de

90 km/h sur des plus longues distances allant de 30 à 80 km et ont aussi la faculté d’entrecouper leurs courses de grands bonds. On trouve la plupart des gazelles dans les savanes africaines, sud-asiatiques et au Sahara.

Continuer la lecture de « Les gazelles. »

Les autruches.

Les autruches, qui forment le genre Struthio, sont des oiseaux de la famille des Struthionidae. Le mot dérive de l’italien ostruce, lui-même issu du latin avis struthio, d’après le grec ancien στρουθίων.

Au XXIe siècle, il ne reste plus dans ce genre que deux espèces vivantes, voire une seule selon que les auteurs considèrent Autruche de Somalie comme étant une espèce distincte ou une simple sous-espèce de l’Autruche d’Afrique.


Aristote parle de l’autruche aux livres I et II des Parties des animaux, ainsi que dans le livre II de la Génération des animaux. Empruntant de nombreux passages à Aristote, le livre X de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, consacré aux oiseaux, s’ouvre sur l’autruche. Pline la considérait comme le point de passage des mammifères aux oiseaux.

Continuer la lecture de « Les autruches. »