Edvard Grieg, pianiste et compositeur.

Edvard Hagerup Grieg (né le 15 juin 1843, à Bergen et mort le 4 septembre 1907 dans la même ville) est un compositeur et pianiste norvégien de la période romantique. Sa découverte en 1863 du folklore norvégien et de ses danses paysannes en fera toute sa vie un militant inépuisable d’un art musical national. Grand harmoniste (auquel ne seront pas indifférents Claude Debussy ou Maurice Ravel), maître de la petite forme (pièces pour piano), il composera ses œuvres les plus célèbres dans le domaine orchestral comme le Concerto pour piano en la mineur, et Peer Gynt, musique de scène composée pour le drame d’Henrik Ibsen.


Fils d’Alexander Grieg, négociant norvégien et vice-consul honoraire britannique à Bergen (dont la famille – au nom orthographié originellement Greig – est d’ascendance écossaise), et de Gesine Judithe Grieg (née Hagerup). Il est élevé dans une famille de musiciens ; sa mère, pianiste, son premier professeur de piano lui donne ses premières leçons quand il a cinq ans et l’initie aux classiques et aux romantiques, Carl Maria von Weber, Frédéric Chopin et Felix Mendelssohn principalement. Il commence à composer vers l’âge de neuf ans.

Continuer la lecture de « Edvard Grieg, pianiste et compositeur. »

Le terre-neuve.

Le terre-neuve (ou Retriever de Terre-Neuve) est une race de chien originaire de l’île canadienne de Terre-Neuve, à forte taille et présentant généralement une épaisse fourrure noire. Il est apprécié pour sa force, sa loyauté et ses aptitudes aquatiques. On le surnomme aussi NewFoundland, Newfie ou Saint-Bernard des mers.

Ses pattes dites « palmées », sa corpulence et sa docilité font du terre-neuve l’animal idéal pour le sauvetage, notamment en mer.


« Le terre-neuve descend des chiens autochtones de l’île de Terre-Neuve et de gros chiens de chasse à l’ours introduits par les Vikings vers l’an mille. Avec l’arrivée des pêcheurs européens, la race a été améliorée grâce à des croisements avec d’autres races, mais elle conserva, semble-t-il, ses caractéristiques premières. Au début de la colonisation en 1610, les attitudes comportementales ainsi que les principaux traits physiques du terre-neuve étaient déjà solidement établis. » À la fin du XVIIIe siècle, on a utilisé le terre-neuve pour tirer les troncs d’arbre abattus.

Continuer la lecture de « Le terre-neuve. »

Le phytoplancton.

Le phytoplancton (du grec φυτόν, phyton, pour « plante » et πλαγκτός, planktos, errante) est le plancton végétal, c’est-à-dire l’ensemble des organismes végétaux vivant en suspension dans l’eau. Plus précisément il s’agit de l’ensemble des espèces de plancton autotrophes vis-à-vis du carbone (y compris des bactéries telles que les cyanobactéries, anciennement “algues bleu-vert”).

La plupart de ces organismes sont trop petits pour être visibles à l’œil nu, mais s’ils sont en quantité suffisante, ils apparaissent à la surface de l’eau comme des étendues colorées. Ceci est dû à la présence de pigments dans leurs cellules, principalement la chlorophylle, mais aussi les phycobiliprotéines et xanthophylles.


Le phytoplancton produit la moitié de l’oxygène que consomment l’ensemble des êtres vivants hétérotrophes et les volcans (ces derniers consomment de l’oxygène en brûlant le carbone organique des sédiments dans les zones de subduction). Il capte l’énergie solaire grâce à la photosynthèse.

Continuer la lecture de « Le phytoplancton. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.