Le cheval arabe.

L’Arabe est une race de chevaux de selle originaire du Moyen-Orient, caractérisée par sa tête au profil concave et son port de queue relevé. Souvent cité comme le « plus beau cheval du monde », l’évolution de cette race peut être retracée sur plus de 2 000 ans grâce à des documents iconographiques et des trouvailles archéologiques. L’Arabe accompagne l’expansion de l’islam et gagne d’autres régions de culture arabe ou européenne à l’occasion de guerres ou d’échanges commerciaux. Des chevaux qualifiés d’« arabes » sont régulièrement exportés vers l’Inde au Moyen Âge, puis vers l’Europe depuis le XVIIe siècle. Au cours du XIXe siècle, des expéditions d’achat visent à fournir les haras austro-hongrois, polonais, allemands, ou encore français. Au cours du siècle suivant, des investisseurs américains portent un intérêt marqué à cette race, au point de détenir la majorité des sujets répertoriés. Depuis cette mondialisation de son élevage, l’Arabe est géré et préservé par la World Arabian Horse Organization (WAHO).

Traditionnellement décrit comme un petit cheval de format carré au profil concave et à l’encolure courbée, l’Arabe présente une grande variabilité morphologique et génétique selon ses origines. Les éleveurs du Moyen-Orient le séparent en lignées traditionnelles, dont les plus prestigieuses, telles que Koheilan et Saklawi, descendraient des Al Khamsa, les cinq juments du prophète de l’Islam. L’Arabe est aussi classé en variantes nationales, telles que l’Égyptien au profil de tête typique, le Syrien, le Persan, et ceux des pays occidentaux, dont le fameux Arabe polonais. Cette race entre en croisement avec de nombreux autres chevaux, son effet « améliorateur » constituant un dogme. En raison d’une relative consanguinité en Occident, l’Arabe est touché par six maladies d’origine génétique, dont deux mortelles.

Continuer la lecture de « Le cheval arabe. »

Le cheval “Barbe”.

Le Barbe est une race de chevaux de selle originaire d’Afrique du Nord. Traditionnellement associé aux peuples Berbères (Amazighs) du Maghreb, il est mentionné dès l’Empire romain. Le Barbe gagne l’Europe en nombre à la faveur des conquêtes musulmanes des VIIe et VIIIe siècles. Il devient une monture de dressage classique renommée dans diverses Cours royales à partir du XIVe siècle. Tombé dans l’oubli au XXe siècle, il est remis au goût du jour à la fin des années 1980, notamment après sa première journée mondiale organisée à Alger, en 1987.

De format moyen, réputé peu élégant avec sa croupe tombante et sa queue attachée bas, le Barbe est doté d’une très grande résistance.


Il y a plusieurs théories sur l’origine de la race Barbe. L’une dit que ce cheval descendrait d’un groupe de chevaux sauvages survivants de l’ère glaciaire. Des docteurs en paléontologie animale soutiennent entre 1987 et 2002 qu’il est vraisemblablement un cheval propre au nord de l’Afrique, issu d’un cheval sauvage domestiqué qui y vivait depuis plusieurs dizaines de milliers d’années. Le cheval Barbe serait l’une des plus anciennes races au monde. Il était établi que le cheval était absent durant la préhistoire saharienne. Celui-ci n’aurait été introduit qu’au IIe millénaire av. J.‑C.. Des recherches

Continuer la lecture de « Le cheval “Barbe”. »

Le cheval “Lipizzan”.

Le lipizzan est une race de chevaux originaire de Slovénie, culturellement liée à l’École espagnole de Vienne en Autriche. Cette célèbre école, qui tire par ailleurs son nom des chevaux espagnols qui furent à l’origine de la race lipizzane, n’utilise en effet que des lipizzans. L’élevage du lipizzan remonte au XVIe siècle, lorsque la famille impériale des Habsbourg décide de fonder un nouveau haras dans la localité slovène de Lipica dans la région vallonnée du Kras qui appartenait à l’époque à l’Empire autrichien. La race des lipizzans est menacée de disparition lors de la Seconde Guerre mondiale, mais l’intervention du général américain George S. Patton permet de sauver 250 chevaux, assurant la préservation de cette race à la longue histoire.

Les lipizzans se signalent par leur robe qui, de baie ou noire à la naissance, s’éclaircit progressivement pour devenir d’un gris très clair souvent perçu à tort comme blanc, entre 6 et 10 ans. Ils font preuve de nombreuses qualités en dressage.


L’histoire des origines du lipizzan amène à évoquer d’autres races équines célèbres en Europe, en étudiant en particulier la provenance des chevaux qui furent réunis au haras de Lipizza après sa création, pour développer une nouvelle race de chevaux pour la Cour d’Autriche. Les origines du lipizzan sont indissociables de celles de l’école d’équitation impériale de Vienne, la célèbre École espagnole. À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, la consolidation de la race des lipizzans à partir d’un tout petit nombre de chevaux en fixe les caractères.

Continuer la lecture de « Le cheval “Lipizzan”. »