Le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc.

Il n’est pas nécessaire de présenter la Jeanne d’Arc. Ambassadrice de la France autour du monde, la « Jeanne » a reçu et formé au cours de ses 45

campagnes d’application, des milliers d’officiers de Marine et des différents corps d’officiers de la Marine (commissaires, médecins, administrateurs des affaires maritimes). Ce fut un moule unique où se forgèrent les caractères, où les élèves de l’Ecole navale passaient du statut d’étudiant à celui de marin, s’engageant pour la première fois dans les postes de responsabilité et de compétences techniques qui allaient être les leurs tout au long de leur carrière militaire.

Continuer la lecture de « Le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc. »

Francisco de Miranda, militaire et homme d’état.

Francisco de Miranda, né le 28 mars 1750 et mort le 14 juillet 1816, est un militaire et homme d’État vénézuélien, héros de l’indépendance de son pays. Il fut nommé généralissime et dictateur absolu de la première république vénézuélienne, le 25 avril 1812, jusqu’à sa destitution, le 31 juillet 1812. Il fait partie des généraux de la Révolution française, et à ce titre, son nom est inscrit sur l’Arc de triomphe de l’Étoile à Paris, l’un des rares étrangers et le seul latino-américain à y figurer.


Né à Caracas le 28 mars 1750, Sebastián Francisco de Miranda est le fils de Sebastián de Miranda Ravelo (1721-1791), issu d’une famille originaire de Tenerife. Il est possible que les Miranda soient liés à la diaspora juive ayant émigré aux îles Canaries après 1492, puis à Caracas au début du XVIIIe siècle : toujours est-il qu’il s’y installe comme marchand de tissus et de toiles et qu’il y épouse le 24 avril 1749 Francisca Antonia Rodríguez de Espinosa, également d’origine canarienne. Francisco est le premier né de neuf fils et filles. Ses parents mènent au départ un train de vie relativement modeste, restant entre colons venus de leurs îles, puis leur situation s’améliore, devenant propriétaire de plusieurs bâtiments dans la ville, mais doit composer avec le monopole commercial de la Real Compañía Guipuzcoana. Par ailleurs, les Miranda subissent le mépris de la part des colons mantuanos, ces créoles assurés d’un lignage espagnol continental, et sont discriminés et par leurs origines et leur profession.

Continuer la lecture de « Francisco de Miranda, militaire et homme d’état. »

Le monument des découvertes à Lisbonne (Portugal).

Le monument des découvertes (Le Padrão dos Descobrimentos en portugais) est un monument érigé à la mémoire des navigateurs portugais des XVe et XVIe siècles et du prince Henri le Navigateur.


Il a été construit en 1960 par l’architecte Alexandre Beauchet Cottinelli Telmo (pt) dans le quartier de Belém à Lisbonne, au Portugal, sur la rive droite [septentrionale] du Tage. Il fut édifié pour célébrer le 500e anniversaire de la mort d’Henri le Navigateur. Son nom fait allusion aux padrões qu’utilisaient les navigateurs portugais des Grandes découvertes.

Continuer la lecture de « Le monument des découvertes à Lisbonne (Portugal). »