Les poupées de collection.

Une poupée (du latin pupa, « petite fille ») est une représentation stylisée d’un humain, souvent un bébé, un enfant ou une femme adulte, destinée à l’amusement des enfants ou en décoration. Elle est habituellement réalisée en matière plastique depuis environ un demi-siècle et le plus souvent proposée vêtue.


La grande majorité des poupées sont des jouets pour enfants, habituellement des filles. Certaines sont purement décoratives ou encore ont une signification culturelle, parfois liée à des cérémonies ou des rituels – autrefois surtout -, et représentent plus rarement une divinité.

Continuer la lecture de « Les poupées de collection. »

René de Saint-Marceaux, sculpteur et médailleur.

Charles-René de Paul de Saint-Marceaux, dit René de Saint-Marceaux, est un sculpteur et médailleur français né à Reims le 23 septembre 1845 et mort dans le 17e arrondissement de Paris le 23 avril 1915


René de Saint-Marceaux est le petit-fils d’Augustin Marie de Paul de Saint-Marceaux, maire de Reims. Il devient l’élève de François Jouffroy à l’École des beaux-arts de Paris. Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1905.

Saint-Marceaux épouse, en 1892, Marguerite Jourdain (1850-1930), veuve du peintre Eugène Baugnies (1841-1891), de la fortune duquel elle vient d’hériter. Le salon de musique de Marguerite de Saint-Marceaux, au 100, boulevard Malesherbes à Paris, rivalise avec celui de la princesse de Polignac. Marguerite sert de modèle, parmi d’autres, au personnage de Madame Verdurin du roman À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

Continuer la lecture de « René de Saint-Marceaux, sculpteur et médailleur. »

Abbaye de Royaumont (Val d’Oise).

L’abbaye de Royaumont est un ancien monastère cistercien situé dans le hameau de Baillon à Asnières-sur-Oise dans le Val-d’Oise, à environ trente kilomètres au nord de Paris.

Elle est construite entre 1228 et 1235 sous l’égide de Saint Louis, et est alors une des plus importantes abbayes de France. Elle demeure abbaye cistercienne jusqu’à la Révolution française, elle est vendue comme bien national et devient un site industriel textile. Elle retrouve sa vocation religieuse en 1864, jusqu’aux lois Combes en 1905. L’abbaye est alors rachetée par Jules Goüin, et son petit-fils Henry, industriel et mélomane, en ouvre les portes aux artistes, y organise des concerts et en fait un lieu de création musicale et culturelle. Il la donne à la Fondation Royaumont qu’il a créée en 1964, première fondation privée à but culturel, qui assure depuis lors la gestion des lieux.

L’édifice est classée aux monuments historiques depuis 1927 pour ses vestiges, et 1948 pour les bâtiments de l’abbaye et le parc.

Continuer la lecture de « Abbaye de Royaumont (Val d’Oise). »