Les échassiers landais.

Les échassiers landais étaient principalement les bergers, seuls à être « tchanqués » (équipés d’échasses en gascon) avec les facteurs et « coureurs » de nouvelles. L’usage des échasses remonterait au XVIIIe siècle et prend fin au xixe siècle, avec la disparition du système agro-pastoral, dont elles sont le symbole.


Les témoignages les plus anciens de l’usage des échasses dans les Landes de Gascogne datent du début du XVIIe siècle. Le manque de documents historiques fiables ne permet pas de déterminer avec exactitude leur origine : elles proviennent ainsi soit d’Europe du Nord (Namur organise en particulier des combats d’échasses depuis 1411), soit elles sont en usage dans la région depuis une époque antérieure.

Elles se composent de deux pièces de bois :

 

  • l’escasse (de gascon escaça) : pièce principale,
  • le paousse pé (en gascon : pose pied) : fixé sur l’escasse, à environ un mètre du sol.

Continuer la lecture de « Les échassiers landais. »

Les feux d’artifice.

Les feux d’artifice sont un procédé pyrotechnique utilisant des explosifs déflagrants visant à produire du son, de la lumière et de la fumée à l’aide d’une composition pyrotechnique. Les feux d’artifice sont originaires de Chine, où ils ont été développés à partir de la poudre noire avant d’être importés en Europe, où divers alchimistes et pyrotechniciens ont participé à leur développement. Ils sont souvent utilisés dans des spectacles pyrotechniques (fêtes nationales, jour de l’an, événements, etc.) et autrefois pour éloigner les esprits maléfiques.


Les origines exactes de la poudre noire font encore débat. En 1044, le Wujing Zongyao proposait une recette associant soufre, salpêtre et d’autres sels pouvant prendre feu et être lancé depuis des catapultes.

Continuer la lecture de « Les feux d’artifice. »

Le calisson d’Aix-en-Provence.

Le calisson (de la langue d’oc calissoun) est une confiserie faite d’une fine pâte de melon confit (ou d’autres fruits confits) et d’amandes broyés ensemble, nappée de glaçage royal et posée sur un fond de pain azyme. Cette friandise souvent parfumée à la fleur d’oranger et en forme de navette est une spécialité d’Aix-en-Provence depuis le XVe siècle.


La première allusion au calisson semble remonter au XIIe siècle. Un texte en latin médiéval italien utilise le terme calisone pour désigner un gâteau d’amandes et de farine proche d’un massepain moderne. Une autre évocation du calisson provient de Martino di Canale qui, dans sa Chronique des Vénitiens (1275) cite nommément une spécialité au nom de « calissons ». Cette confiserie se retrouve ensuite dans des territoires que les Vénitiens possèdent, comme la Crète où l’on retrouve des kalitsounia, faits de pâte d’amande et de noix auxquelles sont ajoutées diverses épices (cannelle et girofle).

Continuer la lecture de « Le calisson d’Aix-en-Provence. »