Le jardin botanique du parc de la tête d’or à Lyon (Rhône).

Le parc de la Tête d’or est un parc urbain public situé à Lyon, l’un des plus grands de France. Œuvre des frères Denis et Eugène Bühler, le parc est ouvert dès 1857 alors que les travaux ne sont pas achevés. Il est exactement contemporain du Central Park de New York, créé la même année. Le parc est enrichi de nombreux bâtiments comme les grandes serres en 1865, le vélodrome, le chalet des gardes et le chalet en 1894, la clôture en 1896, les serres de collection en 1899, le monument aux morts de l’île aux Cygnes entre 1914 et 1930 ou encore la nouvelle roseraie entre 1961 et 1964.

Aujourd’hui géré par la ville de Lyon et véritable poumon de l’agglomération, le parc offre sur 117 hectares une vaste étendue naturelle au cœur de la cité. On y accède par huit entrées, la dernière ayant été ouverte en 2009, au niveau de l’esplanade de la Cité Internationale. Des événements divers, films, théâtre, expositions ou autres en font un haut lieu de la culture lyonnaise. Le jardin zoologique de Lyon prend place en son sein.


En 1530, les terrains constituant l’actuel parc sont la propriété de la famille Lambert, et le lieu porte déjà le nom de « Tête d’or ». En 1662, une pièce d’archives mentionne le domaine appelé Grange Lambert, possession de l’Hôtel Dieu ainsi héritier universel de Catherine Lambert. Le nom de « Tête d’or » provient d’une légende selon laquelle un trésor avec une tête de Christ en or faisant partie d’un butin aurait été enfoui à cet endroit par des barbares ou des croisés. Le domaine était alors une zone inondable constituée de lônes, bras morts du Rhône, et de brotteaux (marécages en lyonnais). Il le restera jusqu’à la création du parc.

Continuer la lecture de « Le jardin botanique du parc de la tête d’or à Lyon (Rhône). »

Les glaciers.

Un glacier est une masse de glace plus ou moins étendue qui se forme par le tassement de couches de neige accumulées. Écrasée sous son propre poids, la neige expulse progressivement l’air qu’elle contient, se soude en une masse compacte et se transforme en glace.

Le domaine de plasticité de la glace étant particulièrement étendu, un glacier s’écoule lentement sous l’effet de la gravité le long d’une pente ou par fluage.

« Glacier » est un terme francoprovençal que l’on rencontre dès le xive siècle en Valais et qui dérive du latin populaire *glaciariu(m), du latin tardif glacia, du latin classique glacies (« glace », « glaçon »). À partir du milieu du xviiie siècle, en France, on le préfère au terme « glacière » qui était alors utilisé.

Continuer la lecture de « Les glaciers. »