Le pétrel de Barau (Réunion).

Le Pétrel de Barau (Pterodroma baraui), aussi appelé taille-vent, est une espèce d’oiseaux marins endémique de l’île de La Réunion, dans le sud-ouest de l’océan Indien. Il appartient à la famille des Procellariidae.

Bien que l’espèce fût connue depuis longtemps des populations locales, elle n’a été décrite par les scientifiques que dans les années 1960.

C’est de tous les pétrels du monde, celui qui niche le plus haut, entre 2 000 et 2 800 m d’altitude.

Les colonies de nidification subissent une mortalité importante causée par les chats et les rats, prédateurs introduits sur l’île par l’Homme. Les oiseaux sont également très sensibles à la pollution lumineuse qui perturbe particulièrement les jeunes lors du premier envol qui peut alors se terminer tragiquement.

Continuer la lecture de « Le pétrel de Barau (Réunion). »

Le jaguar de Guyane.

Le jaguar est une espèce strictement américaine, répartie sur un vaste territoire allant du nord de l’Argentine à l’extrême sud des États-Unis. Il est le plus imposant parmi les dix espèces de félins connues en Amérique du Sud. Sa robe est généralement jaune-orangée avec de nombreuses ocelles noires. Des cas de mélanisme (robe apparaissant entièrement noire) sont connus.

Longévité : 12 à 15 ans à l’état sauvage

Reproduction : Les jaguars peuvent se reproduire à partir de l’âge d’un an et demi environ. La femelle, plus petite que le mâle, a une portée tous les deux ans de un à quatre petits (deux en moyenne). Les jeunes qui pèsent environ 800 grammes à la naissance sont sevrés après cinq ou six mois et resteront avec la mère jusqu’à l’âge d’un an et demi ou de deux ans.

Continuer la lecture de « Le jaguar de Guyane. »

Le racoon de la Guadeloupe.

Le racoon est l’animal-totem du Parc Naturel de la Guadeloupe.

On peut l’observer en semi-liberté au parc zoologique des Mamelles, et avec de la chance et de la patience, on peut aussi le voir en liberté autant aux abords des zones urbanisées que dans la forêt tropicale ou à travers champs. Aperçu par Christophe Colomb, son origine a longtemps posé des questions. Car, en principe, les mammifères ne tombent pas du ciel sur les îles volcaniques…Bien sûr on avait une idée de la réponse, et de récentes découvertes archéologiques sont venues conforter la thèse de l’importation par les hommes en des temps très anciens.

Originaire à la fois d’Amérique et de Chine (il y a très longtemps) ce sympathiqe animal avec son masque caractéristique et sa queue touffue et tigrée, s’est répandu sur presque toute la planète.Il pratique occasionnellement la bipédie, monte aux arbres et hiverne ou se met en sommeil prolongé dans les zones froides.
Pourtant, les zoologues l’ont classé parmi les canidés sous le nom de “chien viverin” ou racoon dog en anglais. Un affront  pour Linné, le fondateur de la taxonomie moderne, qui l’avait inscrit chez les ours !

Continuer la lecture de « Le racoon de la Guadeloupe. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.