Jean-Pierre François Blanchard, aéronaute.

Jean-Pierre François Blanchard, né le 4 juillet 1753 au Petit-Andely et mort le 7 mars 1809 à Paris, est un aéronaute français qui s’illustra dans la conquête des airs en ballon, notamment la première traversée de la Manche en ballon, le 7 janvier 1785.


Fils d’un ouvrier tourneur, il montre dès l’enfance son goût pour l’invention et la mécanique. Cet autodidacte construit des automates puis conçoit une voiture à pédale. Plus tard, il met au point une machine hydraulique pour alimenter Château-Gaillard en eau, expérience renouvelée à Vernon puis à Grenoble.

Mais c’est la conquête des airs qui le passionne. Il travaille à un « vaisseau volant ayant la forme d’un oiseau, muni de six ailes et de gouvernail ». Il organise une démonstration publique le 5 mai 1782, mais ne pourra décoller.

Continuer la lecture de « Jean-Pierre François Blanchard, aéronaute. »

Jean-Marie Le Bris, capitaine de navire, armateur et pionnier de l’aviation.

Jean-Marie Le Bris (Jean ou John pour sa famille et ses amis, Yann Vari ar Brizh en breton), né à Concarneau le 25 mars 1817 et mort à Douarnenez le 10 février 1872 est un marin, capitaine au cabotage, armateur de ses propres navires, connu pour avoir été un pionnier de l’aviation.


La forme du premier planeur qu’il construisit et qu’il nomma lui-même « barque ailée », muni d’ailes mobiles, peut avoir été inspirée de l’albatros, que Le Bris aurait étudié lors de son service militaire dans le Pacifique. L’engin est cependant loin d’atteindre l’allongement de l’oiseau de mer. Grâce à ses nombreux essais, Le Bris avait perçu les phénomènes de portance (qu’il appelait « aspiration » lors des variations d’incidence des ailes. Il déposa en 1857 un brevet d’invention suggérant le lien entre l’incidence et la portance de l’aile du planeur.

Continuer la lecture de « Jean-Marie Le Bris, capitaine de navire, armateur et pionnier de l’aviation. »

Gustave de Ponton d’Amécourt, ingénieur, archéologue et numismate.

Gustave de Ponton d’Amécourt, né le 16 août 1825 à Paris et mort le 20 janvier 1888, est un ingénieur, archéologue et numismate français.


Gustave de Ponton d’Amécourt est issu d’une ancienne famille bourgeoise portant le patronyme Ponthon. La filiation remonte à Augustin de Ponton (1736-1808), commissaire de la Marine puis inspecteur général des fermes du roi qui avait épousé en 1768 Louise Maille. Ses parents étaient Jean-Baptiste de Ponton et Louise Machet de La Martinière. Cette famille porte pour armes De sable à une fasce ondée d’argent.

Gustave de Ponton d’Amécourt est le fils d’Antoine de Ponton d’Amécourt, officier, et de Marie Elisabeth Madeleine Collette de Baudicour. Il épouse Anne-Marie Dumont de Signéville, fille de François Dumont de Signéville et de Victoire Haudos de Possesse.

Érudit, ayant étudié les mathématiques, le sanskrit, le grec et le latin, numismate et archéologue, il était président et fondateur de la Société française de numismatique. Parmi ses recherches on retient notamment ses études approfondies des monnaies mérovingiennes livrées à la Société historique et archéologique du Maine dont il fut membre. En 1857, il achète le trésor d’Imphy, la découverte d’une centaine de deniers carolingiens. En 1886, ses collections numismatiques sont mises en vente et en 1881 un lot de 1131 monnaies mérovingiennes sont acquise par le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de « Gustave de Ponton d’Amécourt, ingénieur, archéologue et numismate. »