La tortue luth.

La Tortue luth (Dermochelys coriacea), unique représentant du genre Dermochelys, est une espèce de tortues de la famille des Dermochelyidae.

C’est la plus grande des sept espèces actuelles de tortues marines, la plus grande des tortues de manière générale, et le quatrième plus grand reptile après trois crocodiliens.

Elle ne possède pas d’écailles kératinisées sur sa carapace, mais une peau sur des os dermiques. C’est le seul représentant contemporain de la famille des Dermochelyidae, le clade des tortues à dos cuirassé, connu aussi par diverses espèces fossiles, dont certaines géantes comme l’Archelon.

La Tortue luth fréquente tous les océans de la planète, mais sa survie est gravement menacée par le braconnage, les filets de pêche, la pollution et l’urbanisation du littoral. Elle figure sur la liste de l’UICN des espèces en voie de disparition et fait l’objet de conventions et de programmes internationaux de protection et de conservation.

Continuer la lecture de « La tortue luth. »

Fernando Botero, peintre et sculpteur.

Fernando Botero, né le 19 avril 1932 à Medellín, est un peintre et sculpteur colombien.

Il est réputé pour ses personnages aux formes rondes et voluptueuses inspirés de l’art précolombien.

S’étant lui-même surnommé ironiquement « le plus colombien des artistes colombiens », il est l’un des rares peintres à connaître le succès de son vivant. Sa carrière commence réellement en 1958, lorsqu’il gagne le premier prix du Salon des artistes colombiens (espagnol : Salón de Artistas Colombianos). Sa Nature morte à la mandoline, datant de 1957, constitue la première manifestation de son œuvre inspirée de l’art précolombien et populaire.

Continuer la lecture de « Fernando Botero, peintre et sculpteur. »

La course cycliste “Paris-Roubaix”.

Paris-Roubaix est l’une des plus anciennes courses cyclistes, créée en 1896 par Théodore Vienne après l’ouverture du nouveau vélodrome de Roubaix. Cette classique flandrienne s’est disputée tous les ans jusqu’à nos jours, en mars ou en avril, interrompue seulement par les deux guerres mondiales. Depuis 1966, elle ne part plus de la région parisienne mais de Picardie : de Chantilly de 1966 à 1976 et de Compiègne, depuis 1977, avant de parcourir plus de 250 kilomètres vers le nord.

Surnommée « l’enfer du Nord », « la dure des dures » comme le vantent les affiches de la 106e édition, « la Pascale » ou encore « la reine des classiques » voire « la plus belle des classiques », la course inclut plusieurs secteurs pavés, tel le décisif « Carrefour de l’Arbre », augmentant notablement les risques de chutes et de crevaison. La tranchée de Wallers-Arenberg, « découverte » par le régional Jean Stablinski en 1967, a failli coûter sa jambe à Johan Museeuw en 1998. Ses deux kilomètres sont « un rodéo où tout tremble ». Ce secteur pavé mythique, de son vrai nom la « Drève des Boules d’Hérin », ne figure toutefois pas au parcours en 2005 en raison d’effondrements souterrains ayant trop déformé la chaussée. Après sa restauration, cet authentique monument historique de la course a été réintégré au parcours en 2006.

Continuer la lecture de « La course cycliste “Paris-Roubaix”. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page