Aristide Bruant, chansonnier et écrivain.

Louis Armand Aristide Bruand dit Aristide Bruant, né le 6 mai 1851 à Courtenay (Loiret)1 et mort le 11 février 1925 à Paris 18e, est un chansonnier et écrivain français.

Ses chansons populaires, sa présence en scène, sa voix rauque et puissante et sa carrure ont fait de lui un monument de la chanson française réaliste. Il est considéré comme un des plus grands poètes de l’argot de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Il a été l’un des créateurs de la chanson réaliste, mouvement qui a perduré jusqu’au milieu du XXe siècle avec notamment Édith Piaf comme l’une des dernières interprètes. Ce mouvement a laissé des traces durables jusque dans la chanson française contemporaine.

Aristide Bruant est né dans une famille bourgeoise. Durant son enfance, il apprend le latin par les soins du curé du pays, qui le cite comme exemple d’application. Sa famille l’envoie ensuite au lycée Impérial de Sens où, dès l’âge de onze ans, il collectionne les premiers prix de grec, de latin, d’histoire et de musique vocale. En 1862, il compose sa première chanson.

Continuer la lecture de « Aristide Bruant, chansonnier et écrivain. »

Ville de Villefranche-sur-Saône (Rhône).

Villefranche-sur-Saône est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est connue pour être la capitale du Beaujolais.

Seule sous-préfecture et une des principales villes de la circonscription départementale du Rhône, c’est désormais la commune la plus peuplée du nouveau département du Rhône, dans ses limites de 2015.

Les sires de Beaujeu désireux de se protéger des archevêques de Lyon décident de créer une ville autour de Limas en 1140, face à la forteresse ennemie d’Anse.

Continuer la lecture de « Ville de Villefranche-sur-Saône (Rhône). »

La faïence de Quimper (Finistère).

La faïence de Quimper est produite depuis 1708 dans le quartier faïencier historique de Locmaria, près du centre-ville de Quimper. Sa production s’est développée en faisant venir l’argile de Bordeaux et Rouen, bénéficiant de la présence de deux cours d’eau, l’Odet et le Steir et des forêts environnantes pour le combustible.

L’important développement de la faïence de Quimper au XVIIIe siècle puis au XIXe siècle entraînera au XXe siècle une concurrence acharnée des deux manufactures locales qui s’exprimera autant dans la créativité des décors, via plus de 250 artistes recensés, que sur les bancs des tribunaux.

Jean-Baptiste Bousquet, originaire de Saint-Zacharie, arrive dans la paroisse de Locmaria, qui sera rattachée à Quimper à la Révolution, sur les rives de l’Odet, toute fin 1699 pour y faire

Continuer la lecture de « La faïence de Quimper (Finistère). »